Accueil Monde France

Affaire Karachi: une cour d’un autre temps pour le procès d’un ancien monde

Edouard Balladur et François Léotard comparaissent devant la cour de justice de la République. Derrière le financement de la présidentielle de 1995 plane toujours l’ombre d’un attentat meurtrier à Karachi.

Article réservé aux abonnés
Envoyée permanente à Paris Temps de lecture: 4 min

C’est un procès qui ne rajeunit pas. Une plongée dans le monde d’avant. Les accusés ont 91 et 78 ans. L’un a été Premier ministre de 1993 à 1995. L’autre était à l’époque son ministre de la Défense. Édouard Balladur et François Léotard comparaissent depuis ce mardi et pour trois semaines devant la Cour de Justice de la République, seule à même de juger les crimes et délits reprochés aux ministres dans l’exercice de leur fonction. Aminci, le cheveu blanc, Balladur est encore fringant et combatif. Et si on disait Léotard malade, le voilà pourtant présent, résolu même à se défendre seul, sans avocats. Les deux hommes répondent d’abus de biens sociaux.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Delpierre Bernard, mercredi 20 janvier 2021, 14:50

    Avec un Président de Cour de justice comme Dumas, on ne devait pas s'attendre à la moindre poursuite puisqu'il a été un champion dans la défense des magouilles financières au temps d'Elf Aquitaine pour lesquelles seul le président Le Floc- Pringent a payé en années de prison mais pas le ou les ministre(s) concernés ni bien entendu le Président Mitterrand.

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs