Accueil Société

Le vrai ou faux: faut-il privilégier des masques plus filtrants en raison des variants?

Pour les spécialistes, la bonne utilisation d’un masque chirurgical ou en tissu permet déjà une bonne protection.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe du service Société Temps de lecture: 3 min

Denrée rare et coûteuse au début de l’épidémie de coronavirus en mars en Belgique, le masque FFP2, qui permet de filtrer jusqu’à 95 % des particules virales en suspension se trouve désormais à tous les coins de rue. Son prix a d’ailleurs largement diminué – il était parfois vendu à plus de 10 euros l’unité durant la pénurie – pour atteindre en moyenne 3 à 4 euros pièce selon les revendeurs. Un prix qui peut toutefois très vite impacter le budget d’une famille si ses membres doivent en porter régulièrement comme c’est le cas depuis ce lundi en Bavière en Allemagne. Les autorités ont en effet décidé qu’en raison de la très forte contamination dans la région et des risques liés aux variants du covid-19, un masque plus filtrant tel le FFP2 serait dorénavant obligatoire dans les transports en commun et les magasins. La mesure est également discutée en France mais elle fait débat : au regard du coût, l’impact sur la santé et la transmission est-il réellement important ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Marlier Jacques, mardi 19 janvier 2021, 22:26

    Le port du masque a toujours été relativement mal expliqué, et il n'a en outre pratiquement jamais fait l'objet de rappels. D'ailleurs, alors même que cet article aurait été une excellente occasion de réexpliquer cette technique... rien! Un simple constat: le masque est souvent mal porté.

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, mercredi 20 janvier 2021, 12:26

    Le masque est (beaucoup trop) souvent (très) mal porté.

  • Posté par Albin S. Carré, mardi 19 janvier 2021, 19:12

    Pourquoi-pas imposer l'usage du scaphandre à tout un chacun? Les "journalistes" n'auraient-ils pas de sujets plus intéressants à traiter que celui-ci? Si ce métier n'a pour objet que de relayer ce genre d'information, je propose aux médias d'en virer au moins la moitié pour réaliser des économies ou mieux d'octroyer les budgets libérés à ceux qui réalisent parfois dangereusement de vrais travaux d'investigations.

  • Posté par Raspe Eric, mardi 19 janvier 2021, 18:27

    D'après deux études, l'affinité de la protéine Spike du virus pour son récepteur l'ACE2 est plus forte avec les mutants anglais et sud-africains. En clair, cela veut dire que la force avec laquelle la clef Spike colle à la serrure ACE2 est plus forte. A quantité de serrure égale, il faudra moins de clef Spike, donc moins de virus pour le faire entrer dans nos cellules pour qu'il s'y multiplie. Notre seuil de tolérance sera abaissé. Donc, les mesures prophylactiques devront faire en sorte que la concentration de virus dans l'air ou que le temps d'exposition à celui-ci soient encore plus réduits. A l'extérieur, grâce à la dispersion et donc la dilution des particules émises lors de notre respiration par les mouvement d'air, un masque en tissu qui ne filtre l'air expiré qu'à hauteur de 80-85% devrait encore faire l'affaire. Dans des espaces clos et certainement dans les transports en commun par contre, il sera plus prudent d'utiliser des masques avec pouvoir filtrant plus élevé (masques chirurgicaux 90% ou mieux FFP2 95%). Ces valeurs ont été mesurées et décrites dans la référence https://advances.sciencemag.org/content/early/2020/08/07/sciadv.abd3083.

  • Posté par Raspe Eric, mercredi 20 janvier 2021, 9:13

    Le commentaire d'am zis illustre son ignorance et son incapacité à comprendre les choses.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs