Accueil Monde États-Unis

Coronavirus, tensions sociales, économie: les défis qui attendent Joe Biden

Le mandat de Joe Biden démarre ce mercredi. Il prêtera serment à 12h (18h en Belgique) et n’entend pas attendre une seconde pour agir face aux multiples crises qui secouent l’Amérique post-Trump.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 1 min

Joe Biden ne peut et ne veut pas attendre. L’urgence des crises est exponentielle dans les Etats-Unis post-Trump : sanitaire, climatique, économique, ... « Ce sont autant de crises qui nécessitent une action d’urgence », a déclaré samedi dernier son futur chef de cabinet, Ron Klain, pour qui Joe Biden veut agir vite « pour rétablir la place de l’Amérique dans le monde ».

Le nouveau président américain a évidemment construit son programme autour de ces questions brûlantes et les 100 premiers jours de son mandat sont cruciaux. Dès mercredi, il lancera son mandat par une ribambelle de décrets présidentiels forts. Mais ces mesures suffiront-elles à changer la donne de problèmes profonds ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Van Obberghen Paul, mercredi 20 janvier 2021, 11:56

    La division du peuple américain ne date pas de l'arrivée de Trump au pouvoir. Elle existe pratiquement depuis la création des Etats-Unis qui a culminé par une guerre civile qui a fait près d'un million de morts dans les 2 camps et parmi les civils. Cette fracture n'a jamais été complètement comblée. L'arrivée de Trump au pouvoir l'a remise en lumière, et il s'est empressé de jeter de l'huile sur le feu. On comprends aujourd'hui, même si cela avait été annoncé bien avant son élection, que son dessein était bien de créer un état fascisant dont il serait le leader plébiscité (à défaut d'être élu) et qui lui serait entièrement dévoué, à l'image de ce que Vladimir Poutine, qu'il admire, a fait de la Russie. Jeter de l'huile sur le feu, créer et amplifier le chaos, susciter la violence, autant de techniques bien connues pour que le peuple appelle un régime autoritaire qui applique sans discernement "la Loi et l'Ordre" et que Trump s'empresserait de lui apporter. Joe Biden et Kamala Harris ne pourront pas faire grand' chose pour combler cette fracture. Tout au plus peut-on espérer qu'ils arrivent à mettre du baume sur la plaie pour en appaiser la douleur à défaut de la soigner. En cela, la frange humaniste du Parti Républicain, s'il survit en tant que tel, ne sera pas de trop pour les y aider.

Aussi en USA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs