Accueil Économie Entreprises

La cession de Brutélé à Enodia se précise

Un accord entre les deux intercommunales sur la cession de Brutélé (Bruxelles et Charleroi) à Enodia (Liège) prend forme. Il ouvrirait la voie à une nouvelle tentative pour vendre l’opérateur Voo.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Enquêtes Temps de lecture: 3 min

Après plus de quinze ans de discussions à rebondissement, les deux partenaires présents derrière la marque Voo (Nethys, à Liège, et Brutélé, à Bruxelles et dans la région de Charleroi) sont prêts à s’accorder sur la cession de l’intercommunale Brutélé à une autre intercommunale, Enodia, la maison mère de Nethys.

Au terme d’un nouveau round de négociations, Brutélé et Enodia se sont entendus sur un projet d’accord. Selon des informations recueillies à plusieurs sources concordantes, les administrateurs d’Enodia ont déjà avalisé cet accord à une large majorité, vendredi dernier. Et il était sur la table d’un conseil d’administration de Brutélé qui devait se tenir ce mardi, durant la soirée.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Entreprises

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs