Accueil Culture Livres

Jean-Baptiste Andrea au «Soir»: «Priver un enfant d’amour, c’est la pire des punitions»

Joseph, l’orphelin pianiste de « Des diables et des saints », de Jean-Baptiste Andrea, est de ces personnages qu’on n’oublie pas. Parce qu’il atteint un état de grâce en transcendant une enfance complètement handicapée.

Article réservé aux abonnés
Responsable des "Livres du Soir" Temps de lecture: 5 min

Avec Ma reine puis Cent millions d’années et un jour, Jean-Baptiste Andrea nous avait déjà émus et émerveillés. Des diables et des saints, le troisième roman de cet homme de 49 ans qui a d’abord écrit des scénarios et réalisé des films, est aussi magnifique que les deux précédents. C’est une extraordinaire histoire de souffrance, d’amitié, d’amour et de résilience. Et Joseph est un personnage attachant, émouvant, volontaire, audacieux, un de ces héros de l’ombre, comme son idole Michael Collins, l’astronaute qui est resté dans le vaisseau qui tournait autour de la Lune alors que ses potes Armstrong et Aldrin foulaient le sol de notre satellite, devenu en quelque sorte son ange gardien et avec qui il converse régulièrement.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs