Accueil Monde Union européenne

Accord d’investissements: «La Chine a obtenu de l’UE qu’elle renonce à un découplage économique»

L’Union européenne a conclu avec la Chine un accord sur les investissements. Dans une certaine opacité ? Voici le décodage de François Godement.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 5 min

Même si le texte complet de l’accord de principe sur l’Accord global d’investissements entre l’Union européenne et la Chine, conclu le 30 décembre dernier, n’a pas encore été rendu public, François Godement, conseiller pour l’Asie à l’Institut Montaigne (Paris), l’a décortiqué dans une note d’analyse qu’il détaille pour nous.

Dès sa conclusion, cet accord est apparu comme une victoire géopolitique pour Pékin, avec des avantages assez limités pour la partie européenne…

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Hubert Wynands, jeudi 21 janvier 2021, 20:22

    On est pas sauvé avec les paillassons aux commandes de l’UE.

  • Posté par Bontemps Christian, jeudi 21 janvier 2021, 15:34

    Encore un mauvais accord de l'UE avec la Chine. La seule solution était celle prise par Donald Trump.

  • Posté par Christian Radoux, mercredi 20 janvier 2021, 17:33

    C´est la politique de Vespasien : l´argent n´a pas d´odeur. Maintenant, à part gesticuler dans le vide, que fait, que peut l'Europe face aux dictatures ? Peut-être parfois envers une sanglante marionnette africaine sans pouvoir économique ou militaire... tolérée, voire soutenue, tant qu´elle était utile. Mais Xi n´est pas Bokassa.

Aussi en Union Européenne

Vaccins anti-covid: «Le fossé est trop grand, nous devons faire mieux, ensemble, rapidement. Mais comment?»

La réunion ministérielle entre l’UE et l’Union africaine, tenue mardi à Kigali, n’a pas permis de rapprocher les points de vue sur le front de l’inégalité criante pour l’accès aux vaccins contre le covid. Le partage est « beaucoup trop lent, beaucoup trop désorganisé », reconnaît Sophie Wilmès. Les Européens refusent toujours la levée des brevets.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs