Accueil Société

Chiffres du coronavirus: trois raisons de sourire et trois raisons de s’inquiéter

Il y a les rassuristes qui vous disent que tout va bien et qu’on s’affole inutilement. Puis les alarmistes qui prédisent chaque jour le début d’une troisième vague. Et les chiffres, ils disent quoi ?

Article réservé aux abonnés
Chef du service Enquêtes Temps de lecture: 6 min

La séquence actuelle autour des chiffres du covid a un (désagréable) parfum de déjà-vu. Il y a d’une part le retour en force d’experts taxés de rassuristes, qui ont une fâcheuse tendance à toujours trouver une façon de faire dire aux chiffres que tout va bien. Et d’autre part, il y a la montée en puissance des alarmistes, ceux qui sautent sur la moindre donnée qui fait un peu peur pour hurler à la troisième vague. Le clivage entre ces deux « clans » semble de plus en plus marqué.

Au milieu, il existe pourtant la nuance. Car les chiffres ne sont ni totalement catastrophiques, ni profondément réjouissants. Le Soir vous propose donc un mix des bonnes et moins bonnes nouvelles, à la lecture du bilan épidémiologique publié par Sciensano ce 20 janvier.

Trois raisons de sourire

1

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

21 Commentaires

  • Posté par Coulon Michel, vendredi 22 janvier 2021, 11:47

    moi ce qui m'interpelle c'est l'apparition des variants. Les experts disent depuis le début mais sans agitation que le virus mute tout le temps ok. mais depuis le variant anglais, on ne parle que de lui. Est-on bien sur que l'on ne vit pas avec des "pareils a lui" depuis longtemps. Quand je regarde les graphiques de cas au royaume uni, je vois une grosse absence de réaction des autorités entre la fin novembre (arret de baisse des cas) et le 23/12 (premier reconfinement a londres) suivi d'un deuxième plus généralisé le 29/12)Entre les 2, il y a une montée en flêche du nombre de cas. sans réaction le variant n'est donc pas l'unique cause de la gravité de la pandémie au royaume uni. En plus, note positive, il n'est pas invincible puisque le nombre de cas baisse depuis le 8/1 (68000cas) et maintenant le nombre de décès journaliers devrait baisser aussi (décalage de 2 semaines statistiquement observé) NB en octobre la montée des cas en belgique avec un virus belgobelge est similaire a celle du royaume uni; l'absence de réaction aussi

  • Posté par Putz Philippe, vendredi 22 janvier 2021, 9:59

    Enfin un article nuancé, qui présente à la fois les éléments rassurants et les éléments inquiétants., sans jouer les donneurs de leçon et sans nous prendre ni pour des moutons, ni pour des égoïstes notoires. Bravo ! La seule réserve que l'on peut émettre, c'est de vouloir beaucoup plus souvent des articles dans ce très bon esprit.

  • Posté par Marlier Jacques, jeudi 21 janvier 2021, 18:54

    Comme l'article le dit bien, la vitesse d'évolution des chiffres est bien plus importante que les chiffres absolus. Il est vrai que l'on a pas connu de boom après Noël et Nouvel An, et c'est très chouette. Il reste que l'on a connu une moindre décélération: la décélération a été masquée, compensée par l'arrivée croissante de nouveaux cas. Dès lors, sans nullement bouder notre plaisir de ne pas avoir connu d'accélération nette, restons "prudentissimes".

  • Posté par Depelchin Bernard, mercredi 20 janvier 2021, 20:41

    Très bon article, très bonne analyse, avec toute la retenue que la situation actuelle exige. Merci Monsieur Counasse.

  • Posté par Heneffe Jean-marie , jeudi 21 janvier 2021, 10:25

    Excellente analyse, en effet.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Les boîtes noires s’invitent dans les voitures dès cette semaine

Les données de conduite au moment d’un accident devront être collectées dans une boîte noire. De nombreux dispositifs d’aide à la conduite deviennent également obligatoires. En Belgique, cette législation européenne s’appliquera aux nouveaux modèles à partir du 6 juillet. Et en 2024 pour toutes les voitures neuves.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs