Un béton «miracle» comme «airco du futur»?

Un béton «miracle» comme «airco du futur»?

Des scientifiques de plusieurs centres de recherche européens travaillent sur un type de béton capable de refroidir un bâtiment spontanément. Ce « béton miracle », comme le qualifie la revue scientifique Eos, représente une alternative durable de climatisation. « L’objectif est de mettre au point un béton qui dégage plus de chaleur qu’il n’en absorbe, avec un effet net de refroidissement », explique à la revue le professeur de la KU Leuven Karen Allacker, impliqué dans le projet. En modifiant la composition et la structure du béton, le matériau peut émettre des rayons infrarouges de manière efficace et devenir plus froid que l’environnement, même lors de journées ensoleillées. Autre avantage de cet « airco du futur » : sa production est bon marché, ce qui rend possibles des applications à grande échelle, au contraire d’autres systèmes plus coûteux qui contiennent des éléments comme de l’argent ou du silicium.

Les chercheurs veulent examiner l’influence du « béton réfrigérant » sur la quantité d’énergie nécessaire à refroidir un bâtiment, sur le toit d’une maison en Espagne. Le projet bénéficie d’un investissement de 3 millions d’euros de la Commission européenne, via son programme « Future and Emerging Technologies Open ». Le réchauffement climatique et l’urbanisation font en effet grimper les besoins de climatisation. Selon l’Agence internationale de l’énergie, la demande pourrait tripler d’ici 2050. Or, la climatisation traditionnelle consomme non seulement plus d’électricité, mais utilise souvent de puissants gaz à effet de serre comme éléments refroidissants.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La Belgique refuse que «la vaccination devienne un sésame pour se déplacer».

    «Flou», «problématique», le certificat européen de vaccination peine à convaincre

  2. «Se défouler et pester peut faire un bien fou. Mais cette accumulation de messages négatifs s’infiltre dans nos foyers jour après jour et nous fait tous vaciller, les plus vulnérables en premier».

    Erika Vlieghe: «Si nous pouvions désormais ne plus pleurnicher…»

  3. Image=d-20201124-GK1LG2_high

    Willy Borsus sur l’arrêt du nucléaire: «C’est impossible»

La chronique
  • Le géant bancaire HSBC a choisi son camp: la Chine

    Par Marc Roche

    Défiant ses voisins de ses quarante-cinq étages, le siège d’acier et de verre du géant bancaire britannique HSBC constitue le meilleur repère du skyline de l’Est londonien. Mais le bâtiment du 8 Canada square construit par le célèbre architecte Lord Foster ressemble ces jours-ci à un décor de carton-pâte à la Mogador. Le vrai pouvoir est désormais dans l’autre tour de l’enseigne financière aux couleurs rouge et blanche que le même Norman Foster avait érigée en 1985 à Hong Kong.

    Lors de la présentation des résultats, le 23 février, Noël Quinn, le directeur général de la première institution financière européenne a confirmé le transfert de nombreux cadres dirigeants et de capitaux (100 milliards de dollars, soit 82,58 milliards d’euros !) de Londres à Hong Kong. L’ancienne Hong Kong Shanghai Banking Corporation entend profiter à bon escient de sa position unique – la plus chinoise des banques occidentales et la plus européenne des banques chinoises – quitte à se mettre aux ordres de Pékin.

    ...

    Lire la suite

  • Sarkozy: la quête de la vérité et le principe d’égalité

    On connaît la phrase de La Fontaine : « Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. » C’est le vieux soupçon et cela demeure une réalité dans nombre de pays où la justice protège les puissants et les riches, où une justice « complice » n’exerce plus son rôle de contre-pouvoir indépendant, rouage essentiel en démocratie.

    Ce lundi, une présidente de tribunal a fait mentir cet adage avec une force de frappe spectaculaire au...

    Lire la suite