Personne n’a fait mieux en sept ans: voici les statistiques très encourageantes de Mbaye Leye depuis son arrivée à la tête du Standard

Personne n’a fait mieux en sept ans: voici les statistiques très encourageantes de Mbaye Leye depuis son arrivée à la tête du Standard

Sept ans. Cela faisait sept longues années que le club de Sclessin ne s’était plus imposé de quatre buts à l’extérieur en championnat. La dernière fois, c’était le 27 décembre 2013, à Courtrai, où ils l’avaient emporté sur un cinglant 1-5. Avec, notamment, une rose plantée par Igor de Camargo, qui avait trouvé le chemin des filets à peine cinq minutes après avoir remplacé Michy Batshuayi. Ce mercredi, le Brésilien devenu Belge était dans l’autre camp. Celui qui, malgré sa bonne forme (le Kavé venait d’enchaîner quatre victoires), n’a pu que constater la métamorphose du Standard. Et cette transformation radicale, les Liégeois la doivent à un seul homme : Mbaye Leye.

Même s’il est un novice dans ce rôle d’entraîneur principal, l’ancien buteur a déjà démontré qu’il n’avait rien à envier à ses collègues de Pro League. Sur le plan tactique, il a réussi à ramener de la stabilité dans une défense qui avait la fâcheuse habitude de toujours perdre sa concentration à un moment ou à un autre dans une rencontre. De l’autre côté du terrain, le mentor principautaire ne peut que regretter de ne pas avoir dans son effectif un vrai buteur… comme il l’était lui-même lorsqu’il chaussait encore les crampons ! Qu’à cela ne tienne, il a trouvé d’autres solutions pour débloquer le marquoir comme, par exemple, se servir d’infiltrations depuis la deuxième ligne ou tirer un maximum de profit des phases arrêtées. Et force est de constater que les résultats suivent. Le Sénégalais a réussi à vaincre des tacticiens tels que Paul Clement, qui a tout de même été l’adjoint de Carlo Ancelotti durant de nombreuses années, et Wouter Vrancken, qui avait dominé l’Antwerp trois jours plus tôt. Pas mal pour un « débutant »…

Mais, là où Leye impressionne le plus, c’est sur le plan humain. Les sourires désormais affichés par les Liégeois contrastent fortement avec les mines grises et fermées que l’on pouvait apercevoir sur ces mêmes visages il y a quelques semaines à peine. Il suffit d’écouter les joueurs louer ses mérites lors des conférences de presse pour comprendre à quel point le changement opéré à Sclessin est profond. Mbaye Leye a rendu la confiance à des joueurs qui ne demandaient que ça pour pouvoir exploiter l’étendue de leur talent. Et, sur le plan comptable, ça paie directement.

Outre le fait que le Standard a remporté sa plus grande victoire à l’extérieur depuis sept ans, le coach sénégalais est l’un de ceux qui réussissent le mieux leurs débuts en bords de Meuse. Il est notamment le premier depuis Aleksandar Jankovic en septembre 2016 à débuter son aventure à la tête des Rouches par trois victoires. Avec le Serbe à sa tête, le matricule 16 avait gagné face à Genk (2-0), Lokeren (0-1) et Eupen (3-0), avant de se faire surprendre à domicile par Anderlecht (0-1). Ce qui donne, sur les trois premiers matches, un bilan de six buts inscrits pour aucun encaissé. Un domaine où Leye fait encore mieux, puisque le total de l’ancien buteur jusqu’à maintenant est de huit goals pour et un contre. Si l’on veut retrouver pareil bilan, il faut remonter à 2013 (à nouveau), lorsque l’Israëlien Guy Luzon avait remporté ses trois premières rencontres à la tête de l’équipe principautaire. Ses troupes avaient, lors de ces trois joutes, planté sept roses et n’en avaient encaissé aucune ! Ils ont même porté cette incroyable série jusqu’à neuf victoires consécutives, dont sept clean sheets !

Mbaye Leye connaîtra-t-il le même succès ? Tout est possible mais, pour cela, il faudra bien gérer la semaine qui arrive. Les Liégeois reçoivent Charleroi, qu’ils viennent de dépasser au classement, ce dimanche (coup d’envoi à 18h15), avant de se déplacer jeudi chez un autre concurrent direct, à savoir Ostende (21h), puis d’aller défier le Club de Bruges dans son antre le dimanche qui suit, à 13h30. Après le triptyque superbement négocié par les Rouches pour se remettre sur les bons rails, en voici donc un tout autre, souvent bien plus compliqué : celui de la confirmation…

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous