Accueil

Marks & Spencer coupe les liens avec le travail forcé

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

En juillet dernier, la Coalition internationale pour mettre un terme au travail forcé dans la région ouïghoure avait appelé les grandes marques internationales de l’habillement à ne plus travailler avec des fournisseurs profitant de ces pratiques. « La bonne nouvelle de ce début d’année, c’est que le britannique Marks & Spencer, s’est, le 6 janvier, engagé à rompre toute relation avec les fournisseurs impliqués dans ce travail forcé et à interdire tout produit provenant de la région ouïghoure, du coton au produit fini », détaille Nayla Ajaltouni, du Collectif Ethique sur l’étiquette, partenaire de l’ONG belge AchAct. « M&S va être redevable auprès des consommateurs et de la société civile. C’est la seule entreprise à avoir franchi ce pas jusqu’ici. Nous attendons que les autres – Adidas, C&A, Calvin Klein, Gap, H&M, Ikea, Lacoste, Nike, Patagonia, Polo Ralph Lauren, Puma, Uniqlo, Zara…– fassent de même.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs