Accueil Société

Herman Goossens: «Si on ne suit pas les mesures, on aura une catastrophe»

Le microbiologiste tire la sonnette d’alarme face à la menace des variants et la crainte d’une troisième vague.

Temps de lecture: 2 min

Je suis assez inquiet, ça me fait penser à l’année passée, quand on parlait de « petite grippe », j’ai l’impression qu’on est dans la même situation. Je pense que ça pourrait aller très vite si on ne fait pas attention et si on ne suit pas les mesures », s’inquiète Herman Goossens ce jeudi soir sur le plateau de Jeudi en Prime (RTBF).

Le professeur de microbiologie à l’Université d’Anvers est clair : « Il faut se rendre compte que ce nouveau variant pose un vrai challenge pour notre système de santé, si on ne le prend pas au sérieux, on aura probablement une troisième vague. »

Il compare avec la situation en Angleterre, l’a qualifiant « d’effrayante. » « C’est presque la même chose qu’en Italie, se souvient-il. J’ai l’impression qu’on ne se rend pas compte. »

« J’ai le sentiment qu’on est au début de cette vague, et que certains ne se rendent pas compte qu’il faut vraiment réagir maintenant, que c’est un virus beaucoup plus contagieux. Il ne faut pas paniquer mais il faut aussi se rendre compte que si on ne suit pas les mesures, on aura une catastrophe. »

« Il y a une menace, avec cette variante britannique. Si on ne suit pas les mesures, on aura une troisième vague. Ça, c’est le message que je veux donner. Ne jouons pas avec le feu, cette nouvelle variante est déjà là et donc elle va se propager très vite », insiste-t-il.

« C’est une course contre la montre, c’est pour ça que les Anglais vaccinent comme des fous. Il faut y aller le plus vite possible. »

« Si les gens vont faire du ski ce serait un drame », conclut-il.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

16 Commentaires

  • Posté par curto calogero, vendredi 22 janvier 2021, 16:57

    Monsieur, des solutions pour éradiquer le virus, un peu de pragmatisme, plutôt que des conseils, qui porte une atteinte à la liberté, vous les respecter, vous même.

  • Posté par Joute Dodo, vendredi 22 janvier 2021, 2:05

    On passe de catastrophe possible en catastrophe... imminente et sous ce prétexte de catastrophe qui va arriver, on pourrit la vie d'un maximum de gens. Et on continue à gérer des possibilités de catastrophes. La solution, le vaccin... basta! On a un vaccin efficace, mais on ne l'administrera que très exceptionnellement à quelques personnes afin de pouvoir continuer à gérer les catastrophes. La véritable catastrophe, c'est le fond de commerce de ce monsieur gossens et ses collègues. Aujourd'hui, 140.000 personnes environ vaccinées contre le covid en 15 jours. A ce rythme, pour vacciner 8.000.000 personnes (adultes et vieillards), il faudra 26 mois. Si on ajoute les jeunes et les enfants, 10 mois de plus!

  • Posté par Mourmaux Jean-François , jeudi 21 janvier 2021, 23:42

    Comprenez une catastrophe pour le système hospitalier... Mais pour comprendre cela, un passage dans une unité de soins intensifs est sans doute nécessaire.

  • Posté par Joute Dodo, vendredi 22 janvier 2021, 2:09

    Le problème n'est pas un passage ou non en soins intensifs. Le problème est qu'on a une crise géré par des gestionnaires qui la conservent soigneusement. Les gestionnaires gèrent et conservent. On a besoin de gens qui apportent des solutions pérennes, pas des gestionnaires qui gèrent et conservent la crise.

  • Posté par Keyser Soze ., jeudi 21 janvier 2021, 23:19

    La catastrophe on l’a déjà. La catastrophe que je jeunes vont heriter grace à tous ces fous furieux qui insistent en detruire le futur de nos enfants. C’est vraiement temps d’arreter ce follie.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko