Accueil Société Enseignement

Des centaines de professeurs réclament la réouverture des auditoires

Une pétition lancée par des professeurs fait le tour des universités et hautes écoles. Ils réclament le retour des étudiants en présentiel dès la rentrée février ! Il faut leur faire confiance, assurent-ils.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Société Temps de lecture: 4 min

C’est tout sauf un caprice. Alors que des dizaines de milliers d’étudiants dépérissent dans leur chambre, leur kot ou leur salon… alors que beaucoup s’inquiètent des effets du confinement sur le bien-être de ces jeunes… des centaines de professeurs issus de toutes les universités et de nombreuses hautes écoles volent à leur secours.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Vincent Mireille, vendredi 22 janvier 2021, 18:37

    Bravo! Soyons solidaires avec les jeunes; stop à la destruction de leur présent et de leur avenir. Il est temps d'en finir avec l'égoïsme et avec la peur.

  • Posté par burnotte Michel, vendredi 22 janvier 2021, 10:57

    Dans tous les milieu, de plus en plus de citoyens réclament la fin des mesures de destructions et le retour à une société humaine qui ouvre un avenir à ses membres. Il faudra du courage à nos politiques pour changer de cap, ce qui suppose la reconnaissance de certaines erreurs et pourtant pas de solution en dehors d'une révision des mesures sanitaires. N'en déplaise à nos experts et aux citoyens enfoncés dans la crainte et la panique par les declarations gouvernementales et la presse conservatrice.

  • Posté par Roussel Olivier, vendredi 22 janvier 2021, 8:54

    Je comprends le besoin, mais les facultés cité (science sociale, économique et médicale) ne sont pas celle qui sont formées à la bonne gestions de phénomènes exponentiels. De plus une étude qui quantifié le risque sur une heure sans tenir compte que les semaines en comportent beaucoup plus, qu'il y a entre les cours des choses indispensables, comme une cafétéria bondée, des kots où les étudiants de différentes facultés sont réunis et qui le weekend rentreront chez leurs parents avec encore un brassage possible, me semble être un ne étude que l'on peut appeler partielle. Chaque étudiant fait donc le lien entre 3 groupe de personnes chaque semaine... du pain béni pour la pandémie. Enfin, l'argument de la faible prévalence du covid lors des examens, je pense qui si l'on avait prolonger la session pour les porteurs du virus au lieu de considérer qu'il avait raté la session, cela aurait peut-être augmenter le nombre de déclaration "covid possitif".

  • Posté par Roussel Olivier, vendredi 22 janvier 2021, 11:55

    Bonjour M Oscar, comme vous le dire si bien, la base de l'exponentielle a de l'importance sur le résultat (en passant, pourquoi ce choix de 2,14 ?, Je pourrais y voir une constante de Néper, mais ce serait alors 2.72...) et cette croissance exponentielle (observé quand on ne change rien a nos habitudes) peut être modifié, par exemple en limitant les contact entre humain et donc la possibilité de transmission du virus. Avec les mesures prisent actuellement, on est sans doute proche d'une fonction de type constante (avec de petites variations locales qui induisent un léger nuit de fond), ce que le R(t) proche de 1 résume bien : un malade infecte en moyenne une autre personne. Toute modification majeure de la politique induit un changement de ce R(t), si il augmente, les hôpitaux se rapprochent de la saturation, si il diminue (ce que le vaccin devrait faire par exemple), on peut par la suite diminuer les contraires sociales, (ce que tout le monde souhaite). Bien à vous.

  • Posté par Oscar Pascal , vendredi 22 janvier 2021, 11:10

    Monsieur si la base de l'exponentiel était de 2,14 au bout de 21 jours nous aurions 11.000.000 personnes infectées, bref le terme exponentiel est un abus de langage, par ailleurs au vu de la stratégie de testing aucun modèle prédictif ne saurait être fiable. Les facultés cités vous l'expliqueront bien mieux. Un jour 2 générations sacrifiées demanderont des comptes sur une pandémie dont l'âge moyen des personnes décédées est de 85ans et 4 mois du fait d'une gestion chaotique.

Plus de commentaires

Aussi en Enseignement

Caroline Pauwels (VUB) est décédée

L’ancienne rectrice de la VUB Caroline Pauwels est décédée vendredi 5 août à l’âge de 58 ans. Elle souffrait depuis plusieurs années d’un cancer de l’estomac et de l’œsophage.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs