Accueil Belgique Politique

Mathieu Michel au «Soir»: «Je dois faire le job plus qu’un autre, démontrer plus qu’un autre»

Le secrétaire d’Etat (MR) à la Digitalisation revient sur ses débuts chahutés. Et balise ses priorités. Dont l’évaluation de la loi sur la protection de la vie privée, à améliorer. Ou la question des fake news et de la régulation des réseaux sociaux. Mais pas question de créer « un ministère de la vérité ».

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

Lorsqu’il est désigné, le 1er octobre, secrétaire d’Etat à la Digitalisation, la Simplification administrative, la Protection de la vie privée et la Régie des bâtiments, Mathieu Michel ne connaît pas une installation en douceur. Plus d’un libéral accepte mal cette désignation d’un « Michel », alors que d’autres candidats étaient cités ; c’est la bronca. Et lorsqu’il présente sa note de politique générale au Parlement, c’est son niveau de néerlandais qui est critiqué. Qu’en est-il quatre mois plus tard ?

Comment vous sentez-vous dans vos nouvelles fonctions, après vos débuts chahutés ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Hubert Wynands, dimanche 24 janvier 2021, 14:35

    Fils de . Pistonné.

  • Posté par Derweduez Michel, vendredi 22 janvier 2021, 17:48

    Quelles sont les réalisations de Mr Michel? Une "fake news" ?

  • Posté par Marlier Jacques, vendredi 22 janvier 2021, 14:37

    Une "fake news" (ou "infox") est tout simplement une info volontairement fausse. "Fake" veut dire "maquillé", faux", dissimulé", point barre. Pourquoi M. Mathieu Michel prétend-il ne pas pouvoir définir ce concept? Et pourquoi affirme-t-il que <<les fake news se définissent plus par leurs effets que [par] leur contenu>>? Ce qui est vrai, en revanche, c'est que l'appréciation du caractère *nocif* des diverses fake news doit s'opérer à partir de leurs effets et non à partir de leur contenu. Si j'affirme que j'ai douze orteils, c'est une fake news qui devrait rester anodine sur le plan mondial! En revanche, si j'affirme qu'il faut soigner le covid par des perfusions d'eau de Javel, c'est une fake news potentiellement beaucoup plus dangereuse, surtout si j'ai toujours été un grand savant jusque-là ou si je suis un homme politique adulé. Lutter contre les fake news, c'est donc rechercher le vrai, le bien-fondé. Certes, ce n'est pas toujours facile, mais il ne faudrait pas justifier une inaction par la crainte de l'instauration d'un <<ministère de la bien-pensance ou de la vérité>>. Les vérités et les faits "alternatifs" n'ont-ils pas fait suffisamment de dégâts?

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs