Accueil

Analyse: Porcelaine

Le socio-économique est de retour. Paul Magnette remet à l’avant-plan l’axe gauche-droite qui traverse la majorité fédérale. Mais se montre prudent, à ce stade. Car la Vivaldi est fragile vue sous cet angle.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Un peu plus de 100 jours après l’installation de la Vivaldi, accaparée par la crise sanitaire, le social rapplique au galop. AIP, enveloppe bien-être, licenciements collectifs… Des sujets délicats à manœuvrer pour les partenaires de la coalition fédérale. On sent d’ailleurs Paul Magnette très prudent. En politique, les attitudes éléphantesques ont souvent – ou parfois – des conséquences destructrices. Le socialiste s’avance : si le social cale, dit-il, le politique tranchera… Mais à l’énoncé, il sait combien cette perspective est porteuse potentiellement de sombres présages, en tout cas de tensions dans une majorité fédérale XL qui s’étend des libéraux aux socialistes en passant par les verts, on n’oublie pas le CD&V. Toutes les familles réunies, ce n’est pas forcément un gage d’unité.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs