Coronavirus: AstraZeneca annonce que les premières livraisons de vaccin seront plus limitées que prévu

Coronavirus: AstraZeneca annonce que les premières livraisons de vaccin seront plus limitées que prévu
Reuters

La firme pharmaceutique AstraZeneca a informé la Commission européenne qu’elle ne sera pas en mesure, après l’approbation de son vaccin contre le coronavirus par l’EMA (Agence européenne des médicaments), de livrer dans un premier temps la quantité de doses qui en était attendue. L’information est relayée vendredi par l’agence Reuters, et par le journal allemand Bild, et a été confirmée à l’agence Belga.

AstraZeneca ne précise pas quelle était la quantité qui devait initialement être livrée, mais indique que les « volumes initiaux seront plus limités qu’anticipé à l’origine, à cause de rendements réduits à un site de fabrication au sein de la chaîne d’approvisionnement européenne » de l’entreprise, écrit Reuters.

« L’entreprise a confirmé aux États membres que le schéma de livraison va changer », indique Stefan De Keersmaecker, porte-parole de la Commission européenne pour les questions de santé.

Le vaccin d’AstraZeneca et de l’université d’Oxford pourrait être autorisé de mise sur le marché européen par l’EMA dès la fin janvier. Ce serait alors le troisième vaccin contre la Covid-19 à être autorisé dans l’UE, après celui de BioNTech-Pfizer et de Moderna.

L’UE a précommandé 300 millions de doses de ce vaccin avec une option pour 100 millions supplémentaires. La Belgique attend une part de 7,5 millions de doses.

« Nous fournirons des dizaines de millions de doses en février et mars à l’Union européenne, et nous continuons d’augmenter les volumes de production », a indiqué à l’AFP une porte-parole d’AstraZeneca, sans préciser les quantités exactes.

Les représentants d’AstraZeneca « ont annoncé des retards dans la livraison des vaccins par rapport aux prévisions pour le premier trimestre de cette année », a déclaré sur Twitter la commissaire européenne à la Santé Stella Kyriakides.

« La Commission européenne et les États membres ont exprimé leur profond mécontentement à ce sujet. Nous avons insisté sur un calendrier de livraison précis sur la base duquel les États membres devraient planifier leurs programmes de vaccination, sous réserve de l’octroi d’une autorisation de mise sur le marché conditionnelle », a-t-elle ajouté.

Le vaccin AstraZeneca/Oxford présente l’avantage d’être moins cher à produire que celui de ses rivaux. Il est également plus facile à stocker et transporter, en particulier que celui de Pfizer/BioNTech qui doit être conservé à de très basses températures (-70ºC).

Le vaccin Oxford/AstraZeneca est un vaccin « à vecteur viral » qui prend comme support un autre virus (un adénovirus de chimpanzé) transformé et adapté pour combattre le Covid-19.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous