Violences sexuelles sur mineurs: Macron estime qu’il faut adapter la loi

Violences sexuelles sur mineurs: Macron estime qu’il faut adapter la loi

Vous ne serez plus jamais seules », a déclaré samedi le président français Emmanuel Macron aux victimes des violences sexuelles sur mineurs, en promettant dans une vidéo et une série de tweets de ne laisser « aucun répit aux agresseurs » et d’« adapter notre droit ».

« Ces témoignages, ces paroles, ces cris, plus personne ne peut les ignorer. Contre les violences sexuelles faites à nos enfants, c’est aujourd’hui à nous d’agir », a ajouté le chef de l’État, alors que le débat sur l’inceste a ressurgi ces derniers jours après la publication d’un livre de Camille Kouchner.

Une consultation bientôt lancée

« La honte aujourd’hui change de camp », a poursuivi Macron, en se félicitant que « la parole, partout en France, se libère » et que « le silence construit par les criminels et les lâchetés successives, enfin, explose ». « Nous ne laisserons aucun répit aux agresseurs, aucun », a-t-il encore affirmé. « Il nous faut punir les criminels pour leurs actes passés et pour empêcher toute récidive ».

En outre, « il nous faut adapter notre droit pour mieux protéger les enfants victimes d’inceste et de violences sexuelles », a précisé le chef de l’Etat, en indiquant avoir demandé au garde des Sceaux, Eric Dupond-Moretti, et au secrétaire d’Etat à l’Enfance et aux Familles, Adrien Taquet, « de mener une consultation qui devra déboucher rapidement sur des propositions ».

Il annonce que « deux rendez-vous de dépistage et de prévention contre les violences sexuelles faites aux enfants – l’un au primaire, l’autre au collège – seront mis en place pour tous, dans le cycle de visites médicales obligatoires existantes ». Par ailleurs, pour « accompagner la reconstruction », les « soins psychologiques des enfants victimes de violences sexuelles seront remboursés ».

Emmanuel Macron indique aussi qu’une mission pour « recueillir les témoignages et protéger les victimes » est confiée à Edouard Durand, juge des enfants, et Nathalie Mathieu, directrice d’une association spécialisée.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous