Charles Michel: «Les dernières années ont abîmé la relation entre l’Europe et les Etats-Unis»

Charles Michel: «Les dernières années ont abîmé la relation entre l’Europe et les Etats-Unis»

Le président du Conseil européen Charles Michel a déploré dimanche que l’ex-président américain Donald Trump ait « plus parlé avec la Corée du Nord qu’avec les Européens », anticipant un dialogue pas forcément toujours « convergent » mais « plus respectueux » avec son successeur Joe Biden.

« Les dernières années ont abîmé la relation entre l’Europe et les Etats-Unis. Ce n’est malheureusement pas une boutade, le précédent président a plus parlé avec la Corée du Nord qu’avec les Européens », a déclaré Charles Michel dans « Le Grand Rendez-vous » de la radio française Europe 1, la chaîne CNEWS et du quotidien Les Echos.

Dialogue plus respectueux

« Je pense qu’avec Joe Biden on a la perspective d’un dialogue plus normal, plus respectueux. On a la perspective aussi, sur plusieurs projets importants pour nous, le climat par exemple, d’avoir une alliance objective forte », a-t-il poursuivi.

« Mais en même temps, je suis très réaliste (…) L’impact sur le plan intérieur de Donald Trump n’a pas disparu avec la prestation de serment de Joe Biden » le 20 janvier, a relevé le président du Conseil européen.

Le commerce, la relation avec la Chine de même « peut-être » que la régulation des grandes sociétés de l’internet (les « GAFA ») sont « des sujets pour lesquels on n’aura pas spontanément des positions concordantes », a pointé Charles Michel.

« Mais il y aura au moins un espace pour un dialogue, pour l’échange d’arguments, pour plus de bon sens, pour plus de rationalité », a-t-il estimé.

L’UE a invité le nouveau président américain à un sommet européen extraordinaire, qui pourrait se tenir en parallèle à celui de l’Otan. Les dates restent encore à fixer et dépendront de l’évolution de la pandémie de Covid-19.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Donald Trump s’est montré déterminé à s’assurer que son mouvement populiste gardera bien le contrôle d’un Parti républicain qui peine à masquer ses divisions.

    Etats-Unis: le grand retour de Donald Trump

  • Joe Biden n’abandonne pas la hausse du salaire minimum; il préfère l’obtenir par d’autres voies.

    Joe Biden ajourne la hausse du salaire minimum

  • Le périmètre de sécurité, avec ses arêtes hérissées de lames de rasoir et ses gardes nationaux lourdement armés, «donne des airs de base militaire au siège de notre démocratie», regrette une élue. © EPA.

    Danger maximal contre le Congrès et Joe Biden

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous