Accueil Société

Voile à l’école: la féministe Nadia Geerts menacée, Wallonie-Bruxelles enseignement porte plainte

Maître-assistante en philosophie à la haute-école Bruxelles-Brabant (HE2B), Nadia Geerts, initiatrice du Réseau d’Actions pour la Promotion d’un Etat laïque, est désormais la cible des réseaux sociaux.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

La professeure envisage de quitter l’enseignement car elle craint pour sa vie, et une réunion de crise a été menée ce jeudi avec l’administrateur général de Wallonie-Bruxelles Enseignement et la direction de l’école pour tenter de trouver des solutions.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

21 Commentaires

  • Posté par Lechat Nadine, mardi 26 janvier 2021, 13:53

    Bravo à cette enseignante. Mais si elle quitte l’enseignement (ce que je comprendrais) il ne restera plus que les lâches. Le personnel politique belge est déjà à la solde des islamistes, les seuls garde-fous sont les enseignants qui sont hélas en première ligne.

  • Posté par Frippiat Yves-Marie, lundi 25 janvier 2021, 10:42

    Piège inextricable pour les défenseurs des libertés et autres promoteurs de l'émancipation. C'est de leurs valeurs de liberté et d'égalité que les militants des "signes ostentatoires" autorisés dans l'école publique affirment se réclamer. Et sans doute de bonne foi pour certains, plus encore pour certaines. Mais comment faire droit à ces aspirations sans favoriser les menées souterraines de ceux qui, ennemis de toute liberté, en vérité, instrumentalisent ces revendications à leurs propres fins? Le problème est d'autant plus insoluble que, côté école confessionnelle, évidemment, les signes d'appartenance religieuse ne sont pas prohibés. Ce qui crée de facto une situation de "concurrence déloyale" pour l'enseignement officiel. Bref, pour en sortir "par le haut", il y aurait beaucoup de choses à ré-examiner honnêtement.

  • Posté par Bresart Jeanpol , lundi 25 janvier 2021, 9:55

    La conséquence du voile autorisé est claire. Les chacals ont maintenant porte ouverte et peuvent lancer la curée, en meute. Les politiciens qui ont voté ce texte sont des inconscients, motivés par leur réélection et armés par une idéologie de bazar.

  • Posté par crabbe serge, lundi 25 janvier 2021, 10:07

    Les politiciens qui ont voté ça ne sont pas des inconscients, il ont autorisé cela dans un but électoral pour séduire les électeurs de la communauté musulmane. Tout cela est calculé....

  • Posté par Moriaux Raymond, lundi 25 janvier 2021, 9:34

    Dans un état de droit, les règles ne se justifient que dans la mesure où leur respect est le seul moyen d’empêcher des comportements incompatibles avec l'intérêt général. Interdire le port du voile (ou d'un autre signe religieux distinctif) à l'école officielle (tous niveaux) ou dans l'administration ne prive qui que ce soit d’user d’une quelconque liberté constitutionnelle mais traduit l’exigence du respect d’un devoir de réserve dans les modalités de son exercice dans des lieux où même les apparences doivent garantir l'égalité de traitement de tous. Il s’agit donc, simplement, de prévenir l’avènement progressif d’un ordre social dont nous ne voulons pas parce qu’il ressemble à celui de régimes (clairement liberticides, eux) que nous avons eu bien du mal à abolir ou à combattre. L’interdiction ne vise pas à empêcher l’accomplissement comme tel d’un acte cultuel mais bien à faire comprendre que nous sommes décidés à contrecarrer une démarche de nature politique dont nous pensons qu’elle représente une menace pour notre démocratie. Si le port, forcément démonstratif, de ce vêtement est considéré par celles qui s’en affublent (ou de ceux qui les y encouragent) comme le symbole visible de leur « combat » (s'il s'agit bien du leur), elles comprendront sans difficulté que son interdiction est, pour nous, celui du nôtre.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs