Contaminations dans les écoles: une nouvelle stratégie de testing pour les élèves

Contaminations dans les écoles: une nouvelle stratégie de testing pour les élèves
AFP

Les élèves de l’enseignement primaire qui se sont assis en classe ou au réfectoire à côté d’un élève qui a été infecté par le coronavirus sont considérés dès lundi comme des contacts à haut risque. Cela signifie qu’ils devront également observer la quarantaine et être testés, rapporte samedi l’institut de santé publique Sciensano.

Des experts avaient déjà réclamé cette mesure il y a quelques jours, alors que des variantes plus contagieuses du virus font leur apparition. Afin de limiter au maximum le nombre d’élèves infectés, les experts soulignaient l’importance de définir des places fixes.

À partir de lundi, tous les contacts à haut risque devront subir deux tests, au premier et au septième jour de leur quarantaine. Et toute personne dont le test est positif doit être isolée pendant 10 jours (au lieu de sept).

La crainte des perturbations dans les écoles suite à une hausse des cas de contaminations au Covid-19 et la détection d’infections au variant dit britannique est désormais une réalité. Ce week-end, plusieurs bourgmestres de Wallonie, de Bruxelles et de Flandre ont dû prendre des arrêtés de fermeture suite à la détection de multiples cas.

Sur la VRT, le ministre fédéral de la Santé Frank Vandenbroucke a d’ailleurs concédé que les écoles peuvent devenir des sources de contaminations. « Nous devons bien réfléchir à la façon dont nous appréhendons les contaminations chez les enfants car, à un certain moment de l’épidémie, la vie à l’école peut elle-même devenir une source de contamination », a-t-il expliqué avant d’ajouter : « Nous savons ce que nous devons faire : tester, tester, tester, isoler, et vacciner, vacciner, vacciner ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous