Accueil Opinions Chroniques

La chronique «Alternatives»: L’affaire Duhamel

Les révélations de Camille Kouchner sur les relations incestueuses dont fut victime son frère ont fait tomber Olivier Duhamel de son piédestal. Les amis d’hier ont aujourd’hui beau jeu de s’ériger en ennemis.

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 4 min

Un personnage se situe au cœur de tous les grands réseaux de la République. Intellectuel intégré, constitutionnaliste reconnu, Pythie de la gauche libérale qu’il a représentée au Parlement européen, mais apprécié de la droite modérée, incontournable figure tutélaire de Sciences Po, président du club « Le Siècle » véritable assemblée citoyenne de l’élite, chroniqueur à la télévision, animateur et concepteur d’une émission de prestige à la radio, programmé pour le Conseil Constitutionnel, au centre de tout ce qui compte, proche de tous ceux qui décident, conseiller des pouvoirs, amis de celles et ceux qui l’ont exercé, ne fut pas hostile à Nicolas Sarkozy, fut favorable à François Hollande, se rallia à Emmanuel Macron… Personnalité phare, donc.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

18 Commentaires

  • Posté par Petitjean Marie-rose, mardi 26 janvier 2021, 16:37

    M. Kahn défend-il un pédophile ou stigmatise-t-il ceux qui se dédouanent à bon compte en étalant leur indignation opportuniste ?

  • Posté par Christian Radoux, mercredi 27 janvier 2021, 9:54

    À Marie-Rose. C´est ainsi effet : les langues évoluent. *Mais* en bien ou en mal ! Et quand il y a une perte de sens, je trouve que c´est en mal. Voici un tout autre exemple, lu hier : "+/_ " écrit au lieu de "plus ou moins", ce qui revient à substituer des opérations arithmétiques à des comparatifs. Dans des notes au brouillon d´un étudiant, je comprends; dans un article de journaliste, non. Et j´ai beaucoup d´autres exemples. Comme Albert Camus, les mathématiciens obsédés par la précision et amoureux du latin de leur enfance seront les derniers puristes. Plus que les linguistes...

  • Posté par Petitjean Marie-rose, mercredi 27 janvier 2021, 7:31

    Je suis d'accord avec vous à propos de l'étymologie du mot "pédophilie", Christian. Cependant, M. Francart vous dirait que c'est l'usage qui décide et même les dictionnaires le définissent comme une perversion (idem pour zoophilie par exemple).

  • Posté par Christian Radoux, mardi 26 janvier 2021, 23:06

    Une digression à propos de "pédophile". Étymologiquement : qui aime les enfants ! En chicaneur professionnel, je n'ai jamais admis cet usage du terme, qui revient à épouser les thèses d´un Matzneff. Comme le disait Camus, "Mal nommer les choses, c´est ajouter au malheur du monde". Je préfère qu´on parle de pédocriminalité.

  • Posté par Frippiat Yves-Marie, mardi 26 janvier 2021, 20:13

    Outre la mise en évidence d'un stupéfiant basculement des jugements, à cinquante ans de distance. Constat qui devrait inciter à la prudence, chaque fois qu'on juge.

Plus de commentaires

Aussi en Chroniques

Chronique Histoire d’un crime

Le 17 octobre 1961, des manifestants algériens furent massacrés à Paris par la police. Soixante ans plus tard, la droite française continue d’affirmer que toute repentance est un coup porté à la patrie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs