La Ville de Bruxelles adopte deux personnes en danger

La Ville de Bruxelles adopte deux personnes en danger

Le conseil communal a donné son feu vert, lundi soir, à l’unanimité, à l’adoption de deux personnes en danger, emprisonnées en Arabie Saoudite pour avoir défendu les droits humains.

L’adoption de Raïf Badawi et Loujain Al-Hatloul, s’inscrit dans le cadre de la motion votée par en novembre 2015 par le conseil consacrant la participation de la Ville de Bruxelles au réseau « Ville Lumières » d’Amnesty international. Ce réseau associe les villes et communes qui défendent les libertés, les valeurs et les droits qui sont les fondements de la démocratie.

A travers ce réseau, une commune peut adopter une ou plusieurs personnes en danger. A l’époque, la Ville avait adopté Hamid Babaei, un étudiant iranien en Belgique (doctorant ULg) qui avait été condamné dans son pays pour « atteinte à la sécurité nationale par la communication avec des Etats hostiles » car il avait refusé d’espionner d’autres étudiants iraniens en Belgique. Il a été libéré en août 2019 après avoir purgé sa peine.

Raïf Badawi et Loujain Al-Hatloul sont actuellement emprisonnés pour avoir défendus les droits humains et notamment la liberté d’expression.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous