Pierre-Yves Jeholet sur la situation dans les écoles: «Frank Vandenbroucke a été alarmiste, anxiogène»

Pierre-Yves Jeholet sur la situation dans les écoles: «Frank Vandenbroucke a été alarmiste, anxiogène»
Photo News

Le ministre-président de Fédération Wallonie-Bruxelles Pierre-Yves Jeholet, et la ministre francophone de la Jeunesse, des Sports et de l’Enseignement supérieur Valérie Glatigny ont appelé mardi matin en radio à ne pas paniquer face à l’évolution de la pandémie et à prêter attention aux jeunes, désespérément en besoin de perspectives. Le message est clair : ce n’est pas le moment de restreindre encore la présence à l’école, et il faudrait même envisager pour l’avenir la reprise de certaines activités.

La Fédération Wallonie-Bruxelles prend ainsi une position bien différente de celle de la Flandre. Ce qu’assume le ministre-président, mardi matin au micro de Bel RTL : « On ne peut pas toujours nous imposer dans le nord du pays ce qu’on va faire dans le sud (…) Non, les francophones ne sont pas sous pression », affirme Pierre-Yves Jeholet.

Une réunion entre ministres fédéraux et des entités fédérées consacrée à la jeunesse aura lieu jeudi, mais le ministre-président francophone appelle surtout au calme et à l’« objectivation » de la situation. Il tacle en passant le ministre fédéral de la Santé Frank Vandenbroucke. « J’en appelle au sang froid, y compris du ministre de la Santé. Il a été alarmiste, anxiogène, dimanche. Il ne mesure pas la panique qu’il crée », insiste Pierre-Yves Jeholet, évoquant les propos du socialiste sur l’importance potentielle des contaminations dans le cadre scolaire.

Pierre-Yves Jeholet rappelle qu’une restriction supplémentaire de la présence à l’école ne se fera qu’en « dernier recours ». Les experts « du nord comme du sud », actuellement, ne le recommandent pas, ni de fermer complètement les écoles, assure-t-il.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous