Accueil Culture Musiques

Manu Hermia, Alexandra Grimal, Markus Reuter: quand les musiciens de jazz investissent le classique

Des jazzmen jouant leur interprétation du répertoire classique, c’est banal. Par contre, composer des œuvres ressortissant du classique, c’est plus rare. Certains osent et réussissent.

Article réservé aux abonnés
Responsable des "Livres du Soir" Temps de lecture: 6 min

Des suites pour violoncelle, comme Bach ou Sainte-Colombe ? Manu Hermia a eu l’audace de s’y aventurer, et ça donne Fluid Suites for cello, joué par Sigrid Vandenbogaerde. Un opéra, comme Peter Eötvös ou George Benjamin ? Alexandra Grimal en a écrit un, qu’elle a qualifié d’« opéra clandestin ». C’est La vapeur au-dessus du riz, sur un livret d’Antoine Cegarra. Un quatuor à cordes, comme Beethoven, Bartok ou Schnittke ? Markus Reuter a composé son premier. Voilà Heartland, interprété par le Matangi Quartet. Et pourtant, ce sont des musiciens de jazz, au départ.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs