Accueil Opinions Cartes blanches

Carte blanche: «Les adolescents sont en souffrance majeure, sans aucune perspective d’amélioration»

Plusieurs pédopsychiatres tirent la sonnette d’alarme : les demandes de soin et de soutien psychologiques aux adolescents explosent.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Bientôt un an.

Un an qu’ils attendent docilement, font des efforts.

Des plus petits qui marchent à peine aux plus grands ados.

Ils ont d’abord été pointés du doigt comme les moteurs de l’épidémie. Ils ont été coupés pendant deux longs mois de l’école, leur deuxième lieu de vie (pour certains seul lieu de support), lieu essentiel d’enseignement et d’apprentissages mais aussi de construction de soi. Privés de relations sociales, des pairs avec qui l’on apprend, on expérimente, on se forge une personnalité, on éprouve la vie en société, la solidarité, la bienveillance, l’amour, l’amitié, les moyens de se défendre. Autant de moyens de devenir un adulte, un citoyen acteur, accompli, prêt à affronter les bonheurs et les violences de la vie.

Dociles comme jamais

On a rouvert les écoles… Pas complètement.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Dekrom Dimitri, jeudi 28 janvier 2021, 14:04

    Pas que les ados ...

  • Posté par Raspe Eric, mercredi 27 janvier 2021, 22:39

    Et que proposez vous concrètement et qui soit évidemment compatible avec la lutte anti-covid, ?

  • Posté par Raspe Eric, vendredi 29 janvier 2021, 0:21

    J'ajouterais, monsieur Rambeaux, pour répondre à ce cuistre dont on peut se demander si les synapses seront synchrones un jour, qu'il suffit de voir l'impact qu'à eu le relâchement pour Noël des mesures en Irlande et au Royaume uni sur l'évolution de l'épidémie pour percevoir le danger d'une telle politique chez nous à ce moment. En plus, c'est un partisan de la critique gratuite et évite de proposer des solutions aux problèmes qu'il pose.

  • Posté par Rambeaux Paul, jeudi 28 janvier 2021, 15:18

    Je ne vois qu'une seule explication, Joute Dodo : vous le faites exprès de ne pas réfléchir. Peut-être n'avez-vous que 13 ou 14 ans ?Il est impossible à un cerveau achevé d'être aussi incohérent. Faut-il vous rappeler que l'horeca est à l'arrêt, les métiers de contact sont à l'arrêt, le sport amateur vient d'arrêter, le secteur culturel est à l'arrêt, les activités sociales sont restreintes, tout ça pour limiter les contacts. Parce que ce n'est qu'en évitant les rapprochemnts physiques qu'on limite la propagation du virus : celui-ci ne se propage pas par magie. Cela fait plus d'un mois maintenant que nos chiffres sont stables alors que tout explose dans les pays voisins, mais pour vous, rien n'est fait. Quelle clairvoyance ! Ce qui est encore plus "drôle", c'est qu'ailleurs sur ce site, vous râlez contre les insupportables limites qu'on vous impose : "comment peut-on mettre un pays à l'arrêt pour quelques vieux qui meurent"... Vos propos sont d'une rare bêtise.

  • Posté par Joute Dodo, mercredi 27 janvier 2021, 23:53

    Bête question: qu'y a t-il dans les mesures actuelles qui combatte encore le covid? Rien. La preuve: les chiffres ne baissent plus. Les grands parents voient leurs petits enfants, le virus se propage joyeusement au sein des familles, dans les bureaux qu'on ne peut pas fermer, dans les bus et le métro, dans les supermarchés... Mon dentiste m'a gentiment souri quand je lui ai dit avoir fait un test covid avant d'aller au rendez-vous: il n'en attend pas tant de ses patients. Les médecins non plus. Les mesures actuelles, si elles sont levées ne feront pas beaucoup plus de malades graves et de morts. Que ceux qui veulent se calfeutrer le fassent et laissent les autres vivre, travailler et évoluer. La variante anglaise qui n'est pas plus grave que les anciennes va écraser les anciennes souches. Et qu'on se dépêche avec les vaccins!!!

Aussi en Cartes blanches

Carte blanche La faim n’est pas une fatalité

Chaque année, la Journée mondiale de l’alimentation est une triste occasion de constater que nous sommes loin d’être « sur la bonne voie » pour éliminer la faim d’ici 2030. Les solutions ? Plus de cohérence entre nos politiques agricoles, climatiques et économiques, d’une part, et se réapproprier les systèmes alimentaires pour permettre une transition vers l’agroécologie, d’autre part.

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs