Accueil Société

L’Europe réclame les vaccins produits par AstraZeneca au Royaume-Uni

La Commission estime que l’Europe a droit, tout autant que les Anglais, aux vaccins produits dans deux usines outre-Manche.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 5 min

Le torchon brûle entre la Commission européenne et le groupe pharmaceutique anglo-suédois AstraZeneca depuis que ce dernier a avoué vendredi son incapacité à pouvoir livrer les doses de vaccin prévues suite à des problèmes de rendement dans une usine belge. L’interview de son CEO, Pascal Soriot, publiée ce mercredi dans plusieurs journaux du réseau européen Léna (dont Le Soir) n’a fait que tendre un peu plus ces relations. Il y indiquait qu’AstraZeneca n’avait aucun engagement contractuel pour fournir un nombre déterminé de doses. « Nous ne sommes pas engagés vis-à-vis de l’Europe. Nous avons juste dit que nous allions faire nos meilleurs efforts (clause de best efforts). Nous l’avons dit parce que l’Europe voulait être approvisionné plus ou moins en même temps que le Royaume-Uni, bien que le contrat avec elle ait été signé trois mois plus tard.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

13 Commentaires

  • Posté par dekoker philippe, jeudi 28 janvier 2021, 9:50

    Les pays qui sont en avance au niveau vaccination sont des pays très libéraux d'un point de vue économique (sauf les USA qui sont en retard, mais c'est un cas à part). Ils ont accepté de payer plus cher, plus tôt pour un produit dont le succès n'était pas garantit au moment de la signature du contrat. Cela s'appelle prendre un risque (calculé), ou un pari. Dans le monde des affaires, c'est parfois cela qui fait la différence. On ne peut pas non plus les blâmer pour cela, ils ont joué, ils ont gagné,..nous n'avons pas voulu "jouer" donc on passe après.

  • Posté par Naeije Robert, jeudi 28 janvier 2021, 7:48

    Comme je l'écrivais à plusieurs reprises, la Commission européenne a commandé trop tard, et réagit maintenant aggressivement en se trouvant mal prise - pour un vaccin même pas encore approuvé par l'agence eurpéenne du médicament. . Plutôt que de vociférer et de menacer dans les médias, ce serait intéressant que les responsables prennent an avis juridique sur le contrat signé avec AZ. Mais connaissant les aléas de la fabrication des vaccins, cela m'étonnerait que la firme se soit mise dans une position contraignante sur les quantités. Par ailleurs et en général, serait-ce pour un médicament rentable (le vaccin ne le sera pas), il ne faut pas oublier que le marché européen ne représente que peu de chose par rapport aux marchés US ou chinois. La peu diplomatique Mme Kyriakides semble l'ignorer.

  • Posté par Raspe Eric, jeudi 28 janvier 2021, 9:13

    Population européenne sans les britanniques) : 447.7 millions. Population des USA : 328.2 millions. Le marché européen représente-t-il réellement peu de chose par rapport au marché américain, naeije? Pensez-vous que les entreprise pharma auraient réellement accès au marché chinois? D'autant que trois vaccins au moins y sont développés. Celui qui aurait intérêt à arrêter de déverser ses préjugés anti-bureaucratique et à vociférer sur ce forum, c'est bien naeije. Il en est ridicule.

  • Posté par Morgenthal Jean-Claude, mercredi 27 janvier 2021, 23:34

    N'y a t'il pas moyen de rester beaucoup plus discret à propos de l'évolution du virus et des prblm d'approvisionnement en vaccin.--- On est juste en train d'effrayer la population qui ne s'y retrouve pas.

  • Posté par Raspe Eric, mercredi 27 janvier 2021, 22:49

    On voit maintenant ce que la mutualisation des contrats d'achat de médicaments, vaccins et dispositifs médicaux au niveau de l'Europe peut apporter. Que les firmes pharma fassent attention. L'idée pourrait germer en hauts lieux ou dans l'opinion publique de reproduire l'initiative pour d'autres médicaments importants qui coûtent la peau des fesses (deux à trois fois le prix évalué d'une vie d'un an en bonne santé). Quelles économies la Belgique pourrait faire au niveau du budget des médicaments dans ce cas de figure! Une firme peut s'aliéner le marché belge, pas le marché européen.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs