Le Brésil le pire, la Nouvelle-Zélande la meilleure dans la gestion de la pandémie de coronavirus selon une étude

Une travailleuse de la santé reçoit le vaccin contre le coronavirus AstraZeneca/Oxford à l'Institut FioCruz de Rio de Janeiro, au Brésil, le 23 janvier 2021.
Une travailleuse de la santé reçoit le vaccin contre le coronavirus AstraZeneca/Oxford à l'Institut FioCruz de Rio de Janeiro, au Brésil, le 23 janvier 2021. - Reuters

C’est le Brésil qui a le plus mal géré la pandémie de Covid-19 alors que la Nouvelle-Zélande est la meilleure élève de la planète, selon une étude publiée jeudi par un groupe de réflexion australien. La Belgique arrive à la 72e place de ce classement.

L’Institut Lowy de Sydney a évalué près d’une centaine de pays sur la base de six critères, parmi lesquels les cas confirmés de nouveau coronavirus, les décès et les dispositifs de dépistage.

« Ces indicateurs montrent dans quelle mesure les pays ont bien ou mal géré la pandémie », selon le communiqué de cet organisme indépendant.

Outre la Nouvelle-Zélande, qui a largement réussi à contrôler la pandémie grâce à une fermeture de ses frontières et à des mesures de confinement et de dépistage « rapides et énergiques », le Vietnam, Taïwan, la Thaïlande, Chypre, le Rwanda, l’Islande, l’Australie, la Lettonie et le Sri Lanka figurent parmi les dix premiers pays ayant apporté les meilleures réponses.

Le Brésil arrive en bas du classement, suivi de près par le Mexique, la Colombie, l’Iran et les États-Unis.

Le Brésil compte plus de 428.000 morts attribués au Covid-19, juste derrière les Etats-Unis.

La Chine grande absente

Durant une large partie de l’année dernière, les dirigeants de ces deux pays les plus peuplés du continent américain avaient minimisé la menace, moqué le port du masque, s’étaient opposés au confinement et avaient eux-mêmes contracté le virus.

La Chine – où le virus est apparu pour la première fois – ne figure pas dans ce classement en raison d’un manque de données publiées sur les tests, selon le cercle de réflexion.

De son côté, Pékin a tenté de promouvoir sa bonne gestion de la pandémie en essayant ainsi de démontrer l’efficacité de son système autoritaire par rapport aux nombreuses démocraties durement frappées par le Covid-19.

Selon l’Institut Lowy, aucun système politique ne sort vainqueur en termes de gestion de la pandémie.

« Certains pays l’ont mieux géré que d’autres, mais la plupart des pays ne se sont distingués que par leurs mauvais résultats », selon l’étude.

Les pays comptant moins de 10 millions d’habitants semblent avoir été avantagés.

Plus de 2 millions de décès

« En général, les pays ayant une population plus faible, des sociétés cohésives et des institutions compétentes sont favorisés pour faire face à une crise mondiale telle qu’une pandémie », indique le rapport.

Depuis le début de la pandémie, plus de 100 millions de cas ont été enregistrés et 2,16 millions de personnes sont décédées du nouveau coronavirus.

Sur le même sujet
Politique
 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous