Accueil Économie Consommation

Recul de l’éolien wallon: un plan de relance est en route, assure le ministre de l’Energie

Temps de lecture: 2 min

Un plan de relance de la Pax Eolienica – ce plan initié par Jean-Luc Crucke sous la législature précédente qui regroupait 15 mesures destinées à favoriser le développement de la filière éolienne en Wallonie – devrait être présenté en février au gouvernement régional, indique jeudi le ministre wallon de l’Energie, Philippe Henry, en réaction aux constats posés la veille par Edora, la fédération des énergies renouvelables.

Cette dernière faisait état d’un « net recul » de l’éolien wallon en 2020 par rapport à l’année précédente, avec seulement 24 mâts érigés sur le territoire, ce qui correspond à 70 MW supplémentaires en un an – soit un recul de 45 % par rapport à 2019.

Insécurité juridique

En cause, selon la fédération : une insécurité juridique croissante avec une augmentation, en un an, de près de 50 % des projets dont le permis est en recours devant le Conseil d’Etat. « Le nombre de contraintes pesant sur la filière, notamment en termes d’octroi de permis, progresse également », poursuivait-elle en pointant la responsabilité du gouvernement wallon « dont on attend toujours l’amélioration promise de la sécurité juridique du secteur, ainsi que la levée de contraintes à l’installation et l’utilisation des technologies éoliennes les plus performantes ».

A l’heure actuelle, l’éolien représente 36 % des énergies renouvelables en Wallonie. « Il doit encore se développer mais les objectifs ambitieux fixés en la matière pour 2030 nous imposent de mobiliser toutes les filières en parallèle », explique de son côté Philippe Henry.

Plan de relance

C’est dans ce contexte qu’un plan de relance de la Pax Eolienica devrait être présenté en février au gouvernement régional. « Une task force sera mise en place pour identifier et analyser toutes les difficultés soulevées par l’éolien, en collaboration avec tous les acteurs concernés », assure le ministre.

« Ca ne sert à rien d’avoir des projets qui se construisent en opposition avec la population », ajoute-t-il.« Nous regarderons également comment mettre en oeuvre les meilleures technologies possibles tout en les adaptant à la situation locale et nous nous pencherons sur la question de l’octroi des permis, en veillant à garantir le droit de recours des citoyens sans toutefois qu’un détournement des procédures ne permettent à quelques-uns de tout bloquer », affirme-t-il enfin.

En 2020, la puissance totale du parc éolien wallon a atteint 1098 MW, permettant de couvrir la consommation électrique annuelle de près de 600.000 ménages.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

15 Commentaires

  • Posté par Baeyens Remi, jeudi 28 janvier 2021, 13:22

    Sorry, mon correcteur m'a joué des tours. L'éolien dans un pays à forte densité de population n'est pas une bonne solution. Dans des pays avec des régions faiblement denses comme certaines enl Espagne cela peut se justifier ainsi qu'en mer mais pas dans un pays comme la Belgique. La résistance est donc normale tenant compte en plus du très faible rendement réel, des gênes et la non pilotabilité. Ce que les hollandais ont bien compris en décidant d'augmenter le nombre de centrales nucléaires. C'est la meilleure solution n'en déplaise aux 'greenpeace' belges. Bientôt, on importera de l'électricité de nos voisins du nord alors que l'on importe déjà de nos voisins du sud.

  • Posté par Baeyens Remi, jeudi 28 janvier 2021, 12:26

    L'éolien dans un pays à forte densité de population n'est pas en bonne solution. Dans la pays avec des régions faiblement denses comme l'Espagne peut se justifier qu'en mer mais pas dans un pays comme la Belgique. La résistance est donc normale tenant compte en plus du très faible rendement réel, des gênes et la non pilotabilité. Ce que les hollandais ont bien compris en décidant d'augmenter le nombre de centrales nucléaires. C'est la meilleure solution n'en déplaise aux 'greenpeace' belges. Bientôt on importera de l'électricité de nos voisins du nord alors que l'on importe déjà de nos voisins du sud.

  • Posté par GOBBO Corrado, jeudi 28 janvier 2021, 12:18

    Je suis t-à-f en ligne avec Mr Pasman sur la fausse bonne idée de l'éolien. Il développe très bien le tableau général, et semble s'y connaître aussi un peu (peut-être vous aussi physicien de formation Mr Pasman?). Le solaire et ses panneaux sont dans le même cas que l'éolien (matériaux utilisés, recyclage des déchets, pollution dans autres pays mais on ferme les yeux etc..), mais dans une moindre mesure. Le système de production d'énergie le plus performant et le moins polluant est le nucléaire ! Bien sûr pas le nucléaire d'aujourd'hui, avec ses risques et ses déchets à TRES LONG terme dont on ne sait que faire , mais celui de demain ou après-demain (pour ceux que ça intéresse, aller voir projet ITER international de fusion nucléaire et près de chez nous, projet MYRRHA à Mol). Peu polluants ( "atmosphériquement et climatologiquement" parlant, problèmes nettement moindres de déchets (*) ) et plus/très sécurisés C'est encore assez loin , malheureusement car on a trop perdu de temps en cherchant dans d'autres voies, en jouant sur la peur (justifiée en partie) du nucléaire qui peut être nettement amélioré (jeu de lobbies derrière le soi-disant propre ? comme actuellement derrière le nucléaire d'aujourd'hui, à abandonner à terme : donc oui il faut des énergies "renouvelables" pour faire le gap avec le nucléaire de demain, mais ce n'est qu'une solution pauvre en rendement et provisoire, mais pas LA solution que certains essaient de nous faire croire, et elle n'est pas propre du tout ! (*) Quel que soit le moyen de produire de l'énergie, il y a toujours des déchets ! ...et des retombées négatives qq part sur notre terre . Mais arrêtons cette hypocrisie, voire ce cynisme, tel un membre des autorités norvégiennes qui se réjouissait que la moitié du parc automobile dans son pays était des voitures électriques. Il disait être conscient et au courant des catastrophes naturelles et humaines que l'extraction des métaux et terres rares provoquent (pour fabriquer les batteries, autre hypocrisie : les voitures "propres") mais concluait ( je cite + ou - l'idée) : "mais il faut reconnaître que grâce aux voitures électriques la pollution a fortement baissé et que l'air qu'on respire à Oslo est bon à présent" : A Oslo oui, mais dans les pays extracteurs et transformateurs ? Cynique isn't it !

  • Posté par Baeyens Remi, jeudi 28 janvier 2021, 12:32

    Nos doctes écolos ignorent les principes de la thermodynamique et ses 3 principes fondamentaux. Avant d'émettre des propositions, ils devraient aller suivre des cours sérieux.

  • Posté par Philippe Pasman, jeudi 28 janvier 2021, 11:24

    Eolien la fausse bonne idée 1°) la fabrication d’une éolienne est très polluante, il faut 200Kg de terre rare pour une éolienne terrestre de 1MWH. L’extraction des métaux de ces terres rares demande beaucoup d’énergie, beaucoup d’eau et l’emploie d’acide sulfurique ce qui a pour conséquence une destruction du tissu végétale, une pollution de l’eau par des sulfates d’ammonium, d’acide oxalique et donc pollution des nappes phréatiques, rejet de métaux lourds comme le plomb, le mercure et le cadmium (radioactif). Les Etats Unis ont dû fermer la mine à ciel ouvert de Mountain Pass en Californie après que des milliers de litres d’eau radioactive ont été déversés, par accident, dans la nature ailleurs en Mongolie il a été mesuré près de la mine de Baotou une radioactivité trente-deux fois supérieure à la normal. 2°) En fin de vie il est actuellement impossible de recycler les pales de l’éolienne qui sont fabriquées en fibre de verre, fibre de carbone et résine de polyester. En Allemagne à l’heure actuel ces pales sont entreposées sur un terrain à ciel ouvert. 3°) Facteur de charge très faible. Une éolienne ne produit en moyenne que 21,6% de puissance par rapport à la puissance théorique qu’elle pourrait fournir si elle fonctionnait tout le temps à plein régime. Ce pourcentage descend à 15% après 10 ans et 11% après 15 ans. 4°) il faut prévoir au moins la même puissance électrique fournie par des centrales au gaz dans le cas où le vent manquerait ou serait faible ou trop fort. En résumé on constate, au vu de tout ce qui précède, que l’éolien consomme beaucoup de CO2 et plus grave pollue gravement les sites d’extraction de terre rares et représente un danger réel pour la santé de ces habitants et travailleurs. Evidemment toutes ces pollutions seront ailleurs, loin de l’Europe, et les pays Européens pourront fièrement annoncer leur zéro carbone (en oubliant la consommation des centrales au gaz que l’on compensera par des chèques verts). Quelle hypocrisie !

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Consommation

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière
Geeko Voir les articles de Geeko VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb