Accueil Société

Coronavirus: les différences entre les trois vaccins mis sur le marché en Europe (infographie)

L’Agence européenne des médicaments a autorisé la commercialisation du vaccin AstraZeneca, quelques semaines après celui de Pfizer et Moderna.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 5 min

Journée riche en bonnes nouvelles sur le front des vaccins anti-covid ce vendredi. Deux entreprises (Johnson&Johnson et Novavax) ont annoncé des résultats d’études cliniques positifs tandis qu’un troisième vaccin (après Moderna et Pfizer) a été approuvé en Europe et va donc venir enrichir le portefeuille d’outils déjà à disposition des Etats membres pour lutter contre la pandémie.

Ce vendredi, le Comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l’Agence européenne des médicaments (EMA) a en effet estimé que la balance bénéfice/risque du vaccin développé par AstraZeneca et l’université d’Oxford était positive et a recommandé à la Commission européenne la délivrance d’une autorisation de mise sur le marché conditionnelle pour les individus de plus de 18 ans. Celle-ci a immédiatement donné son feu vert. Les experts de l’EMA se sont basés sur les données de quatre études cliniques réalisées au Royaume-Uni, au Brésil et en Afrique du Sud impliquant 24.000 volontaires.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Collienne Benno, lundi 1 février 2021, 15:37

    Un vaccin…oui, mais lequel ? Il semble bien avoir été décidé en haut lieu que le commun des mortels (c’est le cas de le dire !) n’aura pas le choix du vaccin covid et qu’il ne sera même pas indiqué lequel sera donné sur les convocations que nous recevrons en mars ou avril ou…, quand ils en auront terminé avec les homes, personnels de santé, etc…Un comble, puisque cela peut être déterminant pour la décision de refus ou d’acceptation ! Cela me parait être un gros problème car, dans l’état actuel des choses, un tel vaccin, ce n’est pas chou vert et vert chou. Car , si les deux premiers (Pfizer/Biontech et Moderna) à ARN messager m’inspirent totalement confiance (« nouvelle » technologie…mais quand même étudiée depuis 15 ou 20 ans…) et ont prouvé une grande efficacité (tant mieux pour les deux groupes prioritaires en cours de vaccination)…on risque fort, nous les plus de 65 ans, de se voir imposer l’AstraZeneca (car beaucoup moins cher et plus pratique) qui lui alors ne m’inspire que très peu confiance ! Non pas dans le sens d’un danger en soi, mais par sa faible et controversée efficacité, surtout pour les ainés. Déjà que le terme britannique accolé à santé publique n’est pas très rassurant en général… Mais dans ce cas précis, ce sont des mois d’essais chaotiques, des erreurs, des arrêts, des marches arrières, des résultats fluctuants constamment avec des pourcentages d’efficacité assez faiblards (ceux-ci diminuant en tout cas avec l’avancée en âge des receveurs)… Le fabricant s’enfonçant en plus en se cachant derrière l’explication stupéfiante de ne pas l’avoir beaucoup testé sur les gens âgés ! Cela me semble traitreusement dangereux pour les « vieux » (osons le terme, j’en suis !) qui pourraient se croire faussement protégés et donc relâcheraient, ainsi que leur entourage, les mesures barrières ! Reste à espérer que nos autorités médicales feront comme l’Allemagne (et quelques autres pays semble-t-il) en décidant de ne pas l’utiliser chez les plus de 65 ans. Et que la commission européenne, déjà plusieurs fois roulée dans la farine, cesse de taper sur la table pour le recevoir d’urgence en quantité et essaye plutôt d’augmenter les livraisons des deux autres en priorité…puisque l’AstraZeneca ne sera sans doute réellement profitable en termes de garantie que pour les plus jeunes…et que ceux-ci ne seront probablement appelés à être vaccinés qu’à la fin de l’été ou à l’automne…si tout va bien. Je précise toutefois que je ne suis pas, et ne me prends pas pour un médecin…je n’exprime que le ressenti d’un homme de 74 ans, curieux et attentif ! Et que ce ressenti me semble assez bien partagé… Benno Collienne, Waimes

  • Posté par Demonte JPCG, samedi 30 janvier 2021, 20:40

    Une titraille, des comparaisons, graphiques et gloses qui posent questions.  L'article sur le vaccin J&J le montre bien, l'efficacité mesurée d'un vaccin est fortement dépendante du lieu et de la période des test. Les comparaisons entre vaccins sont donc très relatives car réalisées sur des populations et des périodes hétérogènes. Ce qu'ignorent superbement titraille et gloses sur le sujet.

  • Posté par Raspe Eric, samedi 30 janvier 2021, 10:55

    Comme il reste un doute sur l'efficacité du vaccin AstraZeneca pour les plus de 65 ans, ne serait pas prudent d'adapter notre stratégie de vaccination, notamment au niveau du personnel soignant? On pourrait réserver le vaccin AstraZenecca au personnel soignant qui n'a pas encore été vacciné avec les vaccins Moderna et Pfizer pour n'utiliser ces derniers que pour démarrer rapidement la vaccination des plus de 65 ans. La situation épidémiologique est actuellement instable et peut très vite dégénérer en troisième vague. Au plus vite on vaccine les plus de 65 ans, au plus on réduit le risque de saturation des hôpitaux. Donc utilisons en priorité les vaccins qui protègent sûrement les plus âgés pour vacciner ceux-ci et les autres pour les personnes plus jeunes. Même si AstraZeneca ne livre qu'un quart des vaccins promis (375000 doses), cela reste suffisant pour vacciner les 309000 personnes employées dans les soins de santé (https://statbel.fgov.be/fr/themes/datalab/personnel-des-soins-de-sante). Les centres de vaccination Heyzel et Pacheco sont prêts à être ouvert à Bruxelles. Les centres de Ronquières et de Bierset devraient pour bien faire l'être aussi début février pour commencer sans tarder la vaccination des plus de 65 ans avec les nouvelles livraisons des vaccins Pfizer et Moderna. Au travail!

  • Posté par Raspe Eric, samedi 30 janvier 2021, 16:24

    Cher Monsieur Seghers, je suis totalement d'accord avec vous sur le fait qu'une personne vaccinée sera moins contagieuse. Dans l'adaptation de la stratégie, je propose d'administrer le nouveau vaccin à ceux qui n'ont pas encore été injecté soit par le vaccin Pfizer, soit par le Moderna, essentiellement pour éviter que la seconde dose administrée le soit avec un vaccin différent du premier. Normalement cela ne devrait pas poser de problème mais cela doit être vérifié dans le cadre d'une étude. Je m'excuse pour ce malentendu et cette imprécision.

  • Posté par seghers emmanuel, samedi 30 janvier 2021, 12:05

    D'accord avec vous. En ce qui concerne ta transmission du virus par les personnes vaccinées il serait peut être plus approprié de "« un vacciné peut-être aussi contagieux qu’un non vacciné. » C’est idiot. La contagion est proportionnelle à la production de virus. Un sujet immunisé inhibe l’entrée de CoV-2 dans les cellules. Il produit très peu ou pas de virus. Il est peu ou pas contagieux." Axel Kahn. Il serait mieux de dire qu'une personne vaccinée est peu ou pas contagieuse mais il est essentiel de garder les mesures barrières car tout le monde à risque n'est pas encore vacciné. Le risque de contagion ne sera jamais à zéro.

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs