Vaccin: «Il a toujours été clair que le 1er trimestre serait difficile»

Vaccin: «Il a toujours été clair que le 1er trimestre serait difficile»
Photo News

Les gens doivent se rendre compte que les livraisons de vaccins viennent seulement de commencer. Il a toujours été clair que ce ne serait pas facile », a affirmé lundi la haute responsable de la Commission européenne pour les négociations avec les entreprises qui produisent les vaccins, l’Italienne Sandra Gallina.

Devant les parlementaires de la commission Budget du Parlement européen, cette dernière a rejeté la critique selon laquelle l’Union européenne aurait pu recevoir davantage de vaccins si elle avait payé plus. « On n’aurait pas reçu plus de doses en y mettant plus d’argent. Tous les vaccins produits ont déjà été négociés », a-t-elle assuré.

« Il a toujours été clair que le premier trimestre serait difficile » car les livraisons ne font que débuter, a-t-elle ajouté. « En outre, AstraZeneca ne livrera finalement que 25 à 30 % des doses annoncées. C’est un problème même si Pfizer/BioNTech et Moderna respecteront bien le planning prévu », a poursuivi Mme Gallina.

D’ici la fin du mois de février, l’UE doit disposer de 33 millions de doses de vaccins, et de 55 millions d’ici la fin du mois de mars. Les livraisons continueront ensuite à augmenter durant le 2e trimestre, grâce à une augmentation de la production de Pfizer/BioNTech et à l’arrivée d’autres vaccins, dont ceux de Johnson&Johnson et CureVac.

« Durant le 2e trimestre, nous recevrons 300 millions de vaccins, et en tout, 200 millions de personnes auront pu être vaccinées », a encore indiqué Sandra Gallina.

Ce lundi, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) a lancé un outil permettant de suivre les vaccinations contre le Covid-19 à travers l’Europe, donnant ainsi un aperçu de l’évolution des campagnes de vaccination dans chaque Etat membre.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous