Accueil Monde Asie-Pacifique

En Birmanie, un putsch marque le retour des années noires

Après avoir perdu les élections de novembre, l’armée birmane a sifflé la fin de la transition démocratique qui avait débuté il y a dix ans. Les leaders civils, dont Aung San Suu Kyi, sont en prison.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 4 min

Ce lundi, le nouveau parlement birman issu des élections législatives de novembre aurait dû entrer en fonction. Les dirigeants militaires avaient de façon flagrante perdu cette élection : leur parti, l’USDP, n’avait gagné que 33 sièges sur 476.

Ils ont donc préféré mettre fin à la transition démocratique démarrée il y a dix ans : ils ont arrêté Aung San Suu Kyi, 75 ans, principale figure du pouvoir civil, ainsi que le président de la République, Win Myint, et d’autres responsables de son parti, la Ligue nationale pour la démocratie (NLD), qui avait gagné 396 sièges.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Asie-Pacifique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs