Casse-tête immobilier autour du village olympique à Tokyo

Casse-tête immobilier autour du village olympique à Tokyo

Les installations, conçues pour accueillir plus de 10.000 sportifs et officiels au village olympique, doivent être converties après les Jeux en milliers d’appartements avec vue imprenable sur la capitale japonaise, dont certains étaient évalués à 170 millions de yens (1,34 million d’euros).

Environ 900 d’entre eux avaient déjà été vendus avant le report des Jeux de juillet 2020 à juillet 2021 en raison de la pandémie, obligeant les nouveaux propriétaires à retarder leur emménagement d’au moins un an.

Au total, 24 acheteurs ont sollicité l’arbitrage du Tribunal de première instance de Tokyo en demandant une indemnisation à 10 promoteurs immobiliers, parmi lesquels Mitsui Fudosan, sans fixer de montant.

«Nous avons demandé à engager des discussions, mais ils ont répondu que ce n’était pas nécessaire», a déclaré leur avocat, Hironobu Todoroki, à l’AFP.

«En raison du report, les enfants de certains acheteurs seront obligés de changer d’école lorsqu’ils pourront enfin emménager dans leur nouvel appartement», a ajouté M. Todoroki.

«Beaucoup ont également vendu leur ancien appartement pour contracter un prêt afin de financer le nouveau», a dit l’avocat, précisant que les acheteurs pourraient engager des poursuites judiciaires formelles si les entreprises refusent de discuter.

Aucun promoteur n’a fait de commentaire dans l’immédiat.

Le projet compte plus de 20 tours le long de la baie de Tokyo. Le terrain de 18 hectares doit également inclure des écoles, un terrain de jeux, une piscine et un gymnase.

Le gouvernement japonais, les organisateurs de Tokyo-2020 et le Comité international olympique (CIO) assurent que les Jeux pourront se dérouler en toute sécurité cet été, malgré des doutes sur le sort de l’événement alors que la pandémie continue de faire des ravages à travers le monde.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. @Reuters

    Football Leaks: quand l’argent de Thibaut Courtois passe à Malte…

  2. d-20150428-38YTXE 2015-04-28 14_23_43

    Les jeunes ont contracté 30% de crédits immobiliers en moins

  3. Warren et Nick en plein travail.

    Le «Carnage» selon Nick Cave

La chronique
  • Visa pour la Flandre: ce que «Knack» dit de nous, les journalistes

    C’était il y a une quinzaine d’années. Le Soir avait décidé de faire appel, comme chroniqueur régulier, au journaliste français Jean-François Kahn, écrivain, ex-rédacteur en chef de l’Événement du jeudi, fondateur de Marianne. Quelques jours plus tard un SMS nous était arrivé : « Kahn, mais quelle super idée ! », signé Rik, pour Rik Van Cauwelaert, alors directeur rédacteur en chef du magazine Knack et figure clé du journalisme en Flandre. Un homme dont les éditoriaux sont redoutés et qui connaît l’âme flamande et ses ressorts politiques mieux que quiconque.

    Quelques semaines plus tard, Jean-François Kahn est de passage à Bruxelles, et nous décidons de l’inviter à dîner en conviant aussi son compagnon de chronique, Yvon Toussaint, ex-rédacteur en chef du Soir mais au fond, pourquoi pas aussi Rik Van Cauwelaert. Rendez-vous est pris « Chez Jacques », un restaurant de poisson de la place Sainte-Catherine à Bruxelles et voilà soudain une soirée avec trois « légendes » du journalisme, une Française, une Belge...

    Lire la suite