Accueil Opinions Cartes blanches

Carte blanche sur les Zadistes à Arlon: «Un combat pour les générations futures»

Des citoyens occupent toujours 31 hectares de forêt à Arlon, afin d’empêcher le développement d’un projet économique. Peut-on leur reprocher d’agir au nom de l’intérêt collectif ?

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Le mouvement citoyen pour le climat, né en 2006, a pris de l’ampleur ces dernières années jusqu’à ce que le covid-19 n’impose une trêve. Des camps climat au Royaume Uni aux marches au Danemark, en Suède, en Allemagne, aux Etats-Unis, en France et en Belgique, ce mouvement n’a cessé de grandir. On se souvient des « Vendredis pour le futur », la plus grande action de protestation de la jeunesse qui a vu jusqu’à 4 millions de participants sortir dans les rues partout dans le monde en 2019. On a aussi assisté à la naissance d’Extinction Rebellion qui pratique la désobéissance civile non-violente de masse. Cette organisation compte à ce jour 779 branches dans 20 pays.

En parallèle avec le mouvement pour le climat, celui des zones naturelles, plus marginal et plus local, est aussi souvent plus radical. Après Notre Dame des Landes en France, la forêt de Hambach en Allemagne, la ZAD de la Colline en Suisse et d’autres, un mouvement pour une zone naturelle à défendre est apparu en Belgique.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Roussel Olivier, mercredi 3 février 2021, 16:12

    Juste pour compléter cette carte blanche, les Zadistes d'Arlon ne veulent effectivement pas du zoning pour PME, mais ne veulent également pas des transports en commun (saccage d'abris bus dans Arlon), ni de la police (voiture de police incendié sur le parking du commissariat d'Arlon pendant la nuit) et enfin ils ont fait des tags (pollution chimique et visuel) dans toutes la ville. Vu de loin, leurs camps a l'air rempli de plastiques (bâche, etc) et leur gestion des déchets est assez discutable (déversement en une fois devant l'intercommunal alors que l'achat de sacs communal et la dépose de ceux-ci le long de trajet de ramassage aurait été possible. Si ils représentent les générations futures, nous avons plus vers l'anarchie que vers un monde plus écologique. Une occupation du terrain sans toutes ces actions à côté m'aurait fait les soutenir ; mais, en fait, l'écologie n'est, je pense, qu'un prétexte à la mode pour s'attirer la sympathie du citoyen lambda et pas une idéologie de base.

Aussi en Cartes blanches

Carte blanche La faim n’est pas une fatalité

Chaque année, la Journée mondiale de l’alimentation est une triste occasion de constater que nous sommes loin d’être « sur la bonne voie » pour éliminer la faim d’ici 2030. Les solutions ? Plus de cohérence entre nos politiques agricoles, climatiques et économiques, d’une part, et se réapproprier les systèmes alimentaires pour permettre une transition vers l’agroécologie, d’autre part.

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs