Bruxelles: les rampes du Palais de justice interdites aux voitures dès le 1er mars

Bruxelles: les rampes du Palais de justice interdites aux voitures dès le 1er mars

La circulation et le stationnement sur les rampes du palais de justice de Bruxelles seront strictement interdits aux voitures à compter du 1er mars, a annoncé mercredi en fin d’après-midi le cabinet de l’échevine bruxelloise de l’Urbanisme et des Espaces publics Ans Persoons. Des panneaux ont déjà été installés sur la place Poelaert pour l’annoncer.

La Ville de Bruxelles et la Régie des Bâtiments projettent de piétonniser ces axes. « L’enjeu pour la Ville est de connecter le quartier populaire que sont les Marolles avec le haut de la Ville tout en créant un espace public », explique le bourgmestre Philippe Close.

Ces rampes faisant partie du Palais de Justice, elles sont la propriété de l’État fédéral et relèvent de la gestion de la Régie des Bâtiments. Il y a cependant un droit de passage public. La Ville fait valoir que l’usage en parking privé gratuit qui en est fait présente un risque pour la sécurité en cas d’incendie, car le passage des pompiers n’est pas toujours garanti en raison du stationnement sauvage.

En vue de retirer les quelque 200 emplacements utilisés par les voitures, l’échevine a entamé des discussions avec la Régie des Bâtiments et les usagers les plus réguliers du parking que sont le Barreau de Bruxelles et le SPF Justice.

La Ville remarque que le parking sous la place Poelaert compte quelque 500 places, dont 30 à 35 % sont inutilisées en journée selon une étude sur le stationnement de 2015. La zone Poelaert/Toison d’Or/Louise/Stéphanie dispose de 3.300 stationnements souterrains au total. La P-Card Ville de Bruxelles permet de bénéficier de tarifs préférentiels.

« La Ville de Bruxelles et la Régie des Bâtiments ont décidé de limiter l’accès des rampes aux seuls piétons et aux cyclistes », a précisé Laurent Vrijdaghs, administrateur général de la Régie des Bâtiments.

Ans Persoons estime qu’en interdisant le stationnement et la circulation des voitures, « ce patrimoine exceptionnel sera restauré » et il sera possible de créer un « lieu de rencontre, de promenade, de jeu et de détente pour les habitants du quartier ».

Des aménagements temporaires seront installés dès l’interdiction de stationnement effective.

En collaboration avec la Régie des Bâtiments, l’ASBL Quartiers des Arts, la Fondation Poelaert et les riverains, la Ville réfléchit à un projet pérenne de verdurisation de la zone.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous