Accueil Société

La Lever House, futur musée dédié au (lourd) passé colonial belge?

Le classement de l’intérieur du bâtiment, propriété de la Fédération Wallonie-Bruxelles, sera entériné cette semaine. La Région bruxelloise émet l’idée d’y créer un lieu de mémoire sur le rôle de la Belgique au Congo.

Article réservé aux abonnés
Journaliste service Bruxelles Temps de lecture: 5 min

Lieu chargé d’histoire avec, en tête, celle du lourd passé colonial de la Belgique au Congo, la Lever House sera intégralement classée par décision du gouvernement bruxellois dès cette semaine. Situé à l’angle de la rue Royale et de la place du Congrès, le bâtiment est aujourd’hui occupé par l’Institut supérieur industriel de Bruxelles (Isib). Son propriétaire, la Fédération Wallonie-Bruxelles, a indiqué son intention de le vendre une fois entérinée la décision de relogement des étudiants.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Baeyens Remi, jeudi 4 février 2021, 11:44

    Le ministre parle des 'erreurs' (lui n'a jamais fait d'erreurs), il conviendrait aussi parler des bienfaits nettement plus importants que les erreurs. Si c'est pour recommencer ce qui a été fait à Tervueren, il vaut mieux oublier.

  • Posté par DE SCHRIJVER Edgar, jeudi 4 février 2021, 11:18

    S'il y a bien une société qui a apporté de la richesse au Congo, c'est bien Lever. (maintenant Unilever). Parlons de ses divisions : "Plantations et cultures", "Pharmaf Congo", "Sedec Motors", "United Africa", "Cultures et financements" etc... etc... Sans eux, le Congo serait encore à l'âge des cases et des gris-gris.

Aussi en Société

Vrai ou faux: les chiffres de Sciensano sont-ils pollués par des patients qui ne sont pas malades du covid?

Plutôt vrai. Si les admissions à l’hôpital ne recensent que des patients qui souffrent du covid, le nombre total de lits occupés dans les unités covid des hôpitaux belges inclut une partie de malades positifs au virus, mais admis pour une autre raison. Un phénomène que Sciensano ne peut pas chiffrer, mais qui n’est pas anecdotique vu la forte circulation d’omicron en ce moment.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs