Accueil Monde Union européenne

Boris Johnson met en cause l’UE dans les frictions sur l’Irlande du Nord

Il a fustigé l’attitude de l’Union européenne, qui, confrontée à des retards de livraisons de vaccins, a voulu introduire un mécanisme de contrôle des exportations qui devait initialement concerner l’Irlande du Nord, avant de faire machine arrière.

Temps de lecture: 2 min

Le Royaume-Uni et l’Union européenne poursuivront la semaine prochaine à Londres leurs discussions autour des tensions post-Brexit dans la province britannique d’Irlande du Nord, dont le Premier ministre britannique Boris Johnson tient l’UE pour responsable.

Lors de la session hebdomadaire des questions au Parlement, le chef du gouvernement conservateur a fustigé l’attitude de l’UE, qui, confrontée à des retards de livraisons de vaccins, a voulu introduire un mécanisme de contrôle des exportations qui devait initialement concerner l’Irlande du Nord, avant de faire machine arrière.

« Il est tout à regrettable que l’UE semble jeter des doutes sur l’accord du Vendredi saint, les principes du processus de paix, en semblant appeler à une frontière sur l’île d’Irlande », a déclaré Boris Johnson.

La pleine entrée en vigueur du Brexit au 1er janvier avait fait apparaître des contrôles douaniers pour les marchandises entre la Grande-Bretagne et la province britannique d’Irlande du Nord – dont certains ont été suspendus en début de semaine après des menaces visant les agents.

Ces nouvelles formalités, prévues dans le protocole nord-irlandais de l’accord de divorce négocié il y a plus d’un an entre Londres et Bruxelles, ont été dénoncées comme étant à l’origine de problèmes d’approvisionnement dans les supermarchés.

Elles avaient à l’origine été introduites pour éviter le retour d’une frontière physique entre la province britannique et la République d’Irlande, membre de l’UE, qui aurait risqué de mettre en péril le processus de paix qui a mis fin en 1998 à trois décennies sanglantes entre unionistes et républicains.

Les unionistes du DUP, attachés au maintien de l’Irlande du Nord sous la couronne britannique, ont dénoncé l’apparition d’une frontière en mer d’Irlande au sein même du Royaume-Uni.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

12 Commentaires

  • Posté par epictete epictete, jeudi 4 février 2021, 13:13

    Que l'UK cesse d'occuper (militairement) un territoire étranger dans le respect du droit international et l'affaire sera résolue.

  • Posté par Bauduin Dominique, jeudi 4 février 2021, 10:21

    J'espère que l'Union Européenne ne va pas céder: si il le faut, il faudra remettre la frontière entre l'Irlande du Nord et l'Irlande du Sud. Avec un Brexit dur, c'est celà que l'on obtient; inutile de pointer l'Union Européenne du doigt, c'est l'UK qui a voulu nous quitter pas l'inverse, avec toutes les conséquences qui vont avec.

  • Posté par Marchal Michel, jeudi 4 février 2021, 9:28

    C'est facile, hein Donald ? .... Euh... Non, Boris ! Il suffit de brandir l'index vers le coupable tout désigné, le bouquet missaire, le responsable coupable en chef. Never change a winning team. Never change a winning attitude.

  • Posté par Fuld Daniel, jeudi 4 février 2021, 8:10

    L'UE devra maintenir une position ferme dans ces négociations post-Brexit. Ici, c'est Barnier qui est à la barre ... donc, je pense que l'on peut avoir confiance de ce côté là.

  • Posté par Son Ivan, jeudi 4 février 2021, 6:42

    Je vous fiche mon billet qu'il va utiliser cet incident et le monter en épingle pour influencer l'opinion des britanniques pas très heureux de l'issue du Brexit. Au plus il utilise le terme "amis européens" (voir les communications des dernières semaines), au plus il faudra s'en méfier. Les britanniques sont incapables de compromis, il faut toujours un dominant et des dominés, c'est ce qui a tant pourri les négociations des 4 dernières années.

Plus de commentaires

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une