Volvo Cars optimiste pour 2021 après une forte reprise au second semestre

La Chine et les Etats-Unis ont tiré cette reprise, avec des progressions des ventes annuelles malgré la pandémie, indique l'entreprise dans son rapport financier annuel.

"Pour 2021, nous anticipons une poursuite de la croissance des ventes en volumes et en chiffre d'affaires", notamment grâce à la stratégie du constructeur dans l'électrique rechargeable, écrit le PDG Håkan Samuelsson.

"Si les conditions du marché continuent à se normaliser, cette croissance, conjuguée à la poursuite de la gestion de nos coûts, devrait améliorer la rentabilité" et la ramener aux niveaux antérieurs à la pandémie, poursuit-il.

En 2020, le chiffre d'affaires de Volvo Cars a enregistré une baisse de 4% sur un an, à 262 milliards de couronnes (environ 26 milliards d'euros) et un bénéfice net en recul de 19% à 9,6 milliards.

En volume, Volvo Cars a écoulé 661.713 véhicules, soit une baisse de 6%.

Mais le second semestre a fait l'objet de "ventes record" dans l'histoire du constructeur, à 151 milliards, et une hausse de 44% du bénéfice net, à 9,0 milliards.

"La Chine a ouvert la voie, suivi par les Etats-Unis et dans les deux marchés - nos plus grands (nationaux) - nous avons réussi à enregistrer des hausses des ventes pour l'année complète", souligne Volvo Cars, avec respectivement 7% et 2% en volume.

En Europe, où Volvo réalise un gros tiers de ses ventes, la tendance a en revanche été défavorable, avec des reculs compris entre 10 et 25% dans la plupart de ses principaux marchés pour l'ensemble de 2020 (Suède, Allemagne, Royaume-Uni, Belgique, Italie, France).

Le constructeur basé à Göteborg précise en revanche avoir gagné des parts de marché dans la plupart de ses pays. Il explique également avoir bénéficié de l'essor des ventes en ligne qu'il compte développer face à la pandémie.

Volvo Cars, qui ambitionne de sortir du moteur à combustion et veut être tout électrique d'ici 2030, investit actuellement pour augmenter ses capacités de production dans l'électrique, notamment dans son usine belge de Gand. Il développe également la marque électrique haut de gamme Polestar.

Fin décembre, le constructeur employait quelque 40.100 personnes, soit 1.300 de moins qu'un an plus tôt, et 3.300 intérimaires (-500).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous