Tour de France, Giro et Vuelta: l’équipe Ineos dévoile l’objectif de ses stars

@News
@News

Les chefs de file de la plus puissante équipe du peloton sur les grands tours se répartiront les rôles suivant l’annonce faite mercredi soir par Dave Brailsford, son patron.

Dans la Vuelta, le troisième grand tour, les responsabilités iront au Britannique Adam Yates, recruté à l’intersaison.

Les deux lauréats du Tour, Bernal (en 2019) et Thomas (2018), auront donc des priorités différentes définies par Brailsford qui a même précisé les contours de ses équipes dans les deux premiers grands tours.

En Italie, Bernal (24 ans) aura à ses côtés le Russe Pavel Sivakov, 9e de l’épreuve pour sa première participation voici deux ans et malheureux dans le dernier Tour de France après avoir chuté d’entrée de jeu, et le grimpeur colombien Daniel Martinez, autre nouvelle recrue. Le champion du monde du contre-la-montre, l’Italien Filippo Ganna, vainqueur de quatre étapes du Giro 2020, est également prévu.

En France, Thomas bénéficiera de la présence de deux grimpeurs déjà vainqueurs d’un grand tour : Carapaz (27 ans), s’est imposé dans le Giro 2019, et Geoghegan Hart (25 ans), lauréat surprise du Giro 2020, qui fera ses débuts dans la Grande Boucle.

La préselection pour le Tour (Jonathan Castroviejo, Rohan Dennis, Laurens De Plus, Michal Kwiatkowski, Richie Porte, Luke Rowe) dessine un groupe de première force, susceptible d’être renforcé par Bernal en fonction de sa forme d’après-Giro.

L’année passée, l’équipe de Brailsford a essuyé une défaite cinglante dans le Tour de France après une série de succès (sept en huit éditions).

Brailsford a insisté sur le parcours du Tour, qui accorde cette année une importance accrue aux contre-la-montre. D’où le choix de privilégier Thomas même si Carapaz et Geoghegan Hart sont appelés à jouer un rôle essentiel.

« Sur le papier, c’est un beau Tour pour Geraint », a affirmé le patron de l’équipe qui réfute l’argument de l’âge (« c’est surtout une question mentale ») jouant contre le Gallois, 35 ans au départ de Brest en juin prochain, bien que les deux derniers lauréats du Tour aient été parmi les plus jeunes de l’histoire.

Le patron d’Ineos a souligné aussi le nouvel état d’esprit de son groupe, davantage tourné vers l’offensive après l’expérience de 2020 quand il avait dû changer de stratégie après les abandons de ses chefs de file dans le Tour (Bernal) et le Giro (Thomas).

S’il n’a pas renié le passé (« nous avons beaucoup gagné et je suis très fier de ce que nous avons fait »), il a relevé « un grand changement d’attitude » de la part du public lors de la saison dernière et a annoncé « un style de course plus ouvert ».

Pour Bernal, qui a repris mercredi à l’Etoile de Bessèges, Brailsford n’a pas exclu qu’il double Giro et Tour (« c’est très possible ») mais il a évoqué aussi la possiblité pour le jeune Colombien, de s’aligner dans la Vuelta.

« Il s’agit pour lui de retrouver la joie de courir de nouveau », a estimé le Britannique. « S’il retrouve le sourire sur le vélo, il obtiendra des résultats ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous