Accueil Société Enseignement

L’école changera de rythme en 2022

Enfermée dans les cartons depuis 30 ans, la réforme des rythmes scolaires va prendre un coup d’accélérateur. La ministre vient de confirmer ce qu’elle annonçait au Soir à la rentrée : elle sera concrétisée sous cette législature.

Chef du service Société Temps de lecture: 2 min

La ministre de l’Éducation Caroline Désir a confirmé en commission de l’Education cette semaine sa volonté de modifier fondamentalement les rythmes scolaires. En septembre dernier elle l’annonçait au Soir<UN>: cette réforme aboutira avant la fin de la législature. Au député Nicolas Janssen (MR) qui l’interrogeait à ce sujet, elle a précisé vouloir aboutir très vite : « Le Gouvernement dans son ensemble, a déjà convenu de l’agenda pour ce faire : nous parlons de la rentrée de septembre 2022 ».

L’enjeu dépasse cependant largement le cadre de l’école, raison pour laquelle des consultations sont et seront menées auprès des secteurs concernés. « Nous le savons, cette réforme représente un enjeu important pour l’amélioration des conditions d’apprentissage et de développement des élèves. Au-delà de l’univers scolaire, cette réforme aura aussi des répercussions sur l’ensemble de la société ».

De quoi parle-t-on précisément ? Du rythme de l’année – pas de la journée – qui pourrait aboutir à alterner des périodes de sept semaines de cours avec deux semaines de congé. Ce qui supposerait d’allonger d’une semaine les vacances de Toussaint et de Carnaval et de raccourcir d’une semaine les vacances d’été. Avec le covid, constate le député MR, « la conjoncture sanitaire a permis d’expérimenter de nouveaux rythmes et aura probablement donné un coup d’accélérateur à la réforme ».

« Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a l’intention d’annoncer ces mesures au printemps prochain », a également indiqué la Ministre Désir dans sa réponse.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

31 Commentaires

  • Posté par Verhelst Damien, dimanche 7 février 2021, 12:52

    Deux semaines de congé en novembre et février, mois pluvieux et froids, offrant peu de possibilités d'activités ou de stages en extérieur. Résultat: des enfants connectés à leur écrans pendant deux semaines pour la grande majorité et des voyages dans des pays chauds et au ski pour les enfants dont les parents ont les moyens. Si l'objectif vise à proposer le rythme scolaire idéal pour éviter la fatigue, le risque est de retrouver des enfants déconnectés et hyper-actifs. A moins que l'offre d'activités extra-scolaires et de stages soit adaptée et surtout accessible. Mais je doute que cet aspect soit abordé. Rangez les tablettes et autres consoles, elles pourraient surchauffer.

  • Posté par Jean Faux, samedi 6 février 2021, 10:04

    Bizarre: la lecture d'un simple calendrier de l'année scolaire 2022-2023 et le comptage élémentaire de 7 semaines + 2 de congés répété 5 fois nous amène du début septembre à exactement le 30 juin. Et pourtant, par ailleurs, on a bien 5 x 9 = 45 semaines, reste donc 52 -45 = 7 semaines pour les grandes vacances.

  • Posté par Becker Josiane, dimanche 7 février 2021, 9:06

    Il ne faut pas oublier qu’on commencerait et terminerait l’année scolaire par des périodes de 7 semaines de cours donc il n’y aurait que 4 périodes de 9 semaines (7+2) et une dernière de 7 semaines. Cela donne 36+7=43 . Resterait donc 52-43=9 semaines pour les grandes vacances.

  • Posté par Marlier Jacques, vendredi 5 février 2021, 14:25

    On pourra sans doute pinailler par-ci par-là, mais au total, il me semble évident que c'est une bonne idée de mieux répartir les périodes de congés. Les longues vacances d'été se justifiaient notamment quand les enfants étaient indispensables aux travaux champêtres, mais il y a belle lurette que cela est fini. Il reste que l'école ne sera pas la seule à devoir s'adapter. C'est toute l'organisation du travail en entreprise qui devra changer. Mais rassurez-vous: l'être humain est malléable. Il réussira à surmonter la période d'adaptation, et, une fois que cela sera fait, il s'apercevra plus que probablement que le nouveau mode de vie est, tout compte fait, plus facile. Nous avons instinctivement peur des changements, mais réfléchissons. Sans ses formidables capacités d'adaptation, où en serait l'humanité actuellement: encore dans des grottes, ou peut-être... déjà! :-))) dans des huttes? (Ceci dit, OK! Je reconnais que certains changements ont été, et seront encore trop rapides, mais pas tous.)

  • Posté par LAURENT Christian, vendredi 5 février 2021, 22:02

    Enfin un avis équilibré, différent des ronchons de tout poil!

Plus de commentaires

Aussi en Enseignement

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs