Accueil Société Régions Wallonie

Fermeture de guichets de la SNCB: Gilkinet appelle les partis membres du conseil d’administration à modifier la décision

Le gouvernement wallon demande de son côté le réexamen de la fermeture de 44 guichets de la SNCB.

Temps de lecture: 4 min

Tous les partis membres du conseil d’administration (de la SNCB) et qui s’émeuvent aujourd’hui doivent m’aider et agir avec moi pour changer (la décision de fermer 44 guichets de gares sur 135), a déclaré jeudi Georges Gilkinet en séance plénière de la Chambre.

Le ministre fédéral de la Mobilité était soumis à un feu nourri de questions concernant l’annonce de la SNCB de fermer ces 44 guichets en 2021. La patronne de la SNCB, Sophie Dutordoir, a en outre fustigé jeudi midi l’attitude de M. Gilkinet, estimant que la confiance entre eux était rompue. Selon elle, le vice-Premier Ecolo était bien informé de la décision. Elle lui reproche l’envoi mardi d’un communiqué pour faire savoir qu’il désapprouvait la décision de la SNCB et qu’il demandait un moratoire sur la fermeture des guichets.

« Êtes-vous encore en capacité de mener des politiques ambitieuses en matière ferroviaire ? », s’est interrogée Catherine Fonck (cdH).

« Fermeture de guichets ou fermetures de gare, il n’y a qu’un pas et il nous faut de la clarté », a estimé Mélissa Hanus (PS).

« Que s’est-il passé pendant deux mois, entre la décision du conseil d’administration (en novembre) et la communication de la décision ? Est-elle partie dans un train fantôme ? », a ironisé François De Smet (DéFI).

« Est-ce Mme Dutordoir qui ment ? Ou vous ? », a questionné Maria Vindevoghel (PTB).

Emmanuel Burton (MR) a de son côté qualifié cette situation de « grave ».

Seul le collègue de parti de M. Gilkinet, Nicolas Parent (Ecolo), a volé au secours du ministre : « Nous avons accueilli avec stupeur cette annonce. Elle ne correspond pas aux objectifs du gouvernement. Je salue votre désapprobation. »

« Quand la SNCB m’a annoncé son intention de fermer 44 guichets, un plan préparé dans le courant de la précédente législature, j’ai émis mes réserves », a répondu Georges Gilkinet. « Formellement, ce point a été inscrit au CA fin novembre. L’ensemble des administrateurs – le CA de la SNCB ne compte aucun administrateur Ecolo –, y compris les représentants des partis qui m’interrogent, ont soutenu la décision. L’ancienne commissaire du gouvernement n’a pas introduit de recours et le pv a été approuvé à l’unanimité. Voilà les faits », a-t-il indiqué. « Mais j’ai un respect infini pour les équipes de la SNCB et je ne peux pas me satisfaire de cette situation. »

« Mon ambition est de faire mieux correspondre l’action de l’entreprise à l’ambition du gouvernement », a poursuivi Georges Gilkinet. « Ce que j’ai fait après différents contacts avec l’administratrice générale. J’ai demandé par courrier au CA de revoir fondamentalement la décision sur quatre points : revoir la liste des gares où des guichets seraient fermés ; instaurer un moratoire par rapport à toute fermeture d’un lieu qui n’aurait pas fait l’objet d’une convention d’occupation commune ; garantir une salle d’attente couverte et chauffée, une heure avant le premier train jusque une heure après le dernier train ; et entreprendre des mesures concrètes contre la fracture numérique. »

« Oui, la situation est difficile et les prochaines discussions avec la SNCB risquent d’être houleuses », a admis Georges Gilkinet. « Mais renforcer l’attractivité du train, c’est ma préoccupation principale. Je ne doute pas que nous pourrons poursuivre le dialogue avec la SNCB pour que la décision puisse être adaptée. Les gares doivent rester des lieux de vie. » Le ministre a dès lors appelé les partis siégeant au CA de la SNCB à le soutenir dans cette démarche.

Le prochain conseil d’administration de l’opérateur ferroviaire est attendu mardi.

Le gouvernement wallon demande le réexamen de la fermeture des guichets de la SNCB

Le gouvernement wallon demande le réexamen de la décision de la SNCB de supprimer 44 guichets de gare d’ici fin 2021 et d’adapter les horaires de 37 autres guichets à partir du 1er mars 2021.

« Cette décision nous préoccupe autant en termes d’accessibilité des territoires que d’inclusion, notamment en pensant aux personnes victimes de la fracture numérique, aux personnes âgées et aux personnes vulnérables », soulignent le ministre-président wallon Elio Di Rupo et le ministre de la Mobilité, Philippe Henry.

Ces derniers ont adressé ce jeudi un courrier à l’administratrice générale de la SNCB pour lui demander avec insistance que la position de la SNCB soit réexaminée en ce qui concerne la prolongation des mesures d’accompagnement et le choix des gares.

« La période actuelle de crise sanitaire n’étant pas propice aux déplacements, les personnes âgées auront peu l’occasion de se familiariser avec ces nouveaux outils digitaux. Le gouvernement souhaite donc que les mesures d’accompagnement soient prolongées afin de s’assurer que l’évolution vers les guichets électroniques se fassent de manière progressive », expliquent les ministres.

Quant au choix des gares, qui sont des « lieux structurants dans les communes visées », l’exécutif « souhaite qu’une concertation ait lieu avec les services de transport public wallons », le déploiement de l’offre wallonne de transports publics étant en cours et s’articulant notamment autour des liens avec le réseau ferroviaire.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

13 Commentaires

  • Posté par Verheuge Thierry, jeudi 4 février 2021, 20:33

    Vive les écolos (lol)

  • Posté par Pierre Heidebroek, jeudi 4 février 2021, 18:49

    Si la preocupation principale est la confiance (des voyageurs) envers la SNCB et l'interet general alors rappeller deux choses tres importantes ; des trains a l'heure et des wagons propres;

  • Posté par Petre Eric, jeudi 4 février 2021, 18:31

    Donc Monsieur le ministre s'engage à payer de sa poche le salaire des guichetiers conservés? Sympa, vraiment ! Plus sérieusement il est en train (...) de découvrir le fossé entre opposition et pouvoir. Le pouvoir sans l'oseille c'est comme une voiture sans essence ou une voiture électrique sans batterie, une grosse boite vide. Pas de financement, pas de service , pas de service, pas content, pas content. Plus de financement, plus de taxes et d'impôts, plus de taxes et d'impôts, pas content, pas content.

  • Posté par Bricourt Noela, jeudi 4 février 2021, 18:17

    alors que les grands pays d'Europe investissent dans le rail pour lutter contre le réchauffement climatique, la Belgique gère à la petite semaine..

  • Posté par Propronet Juste, jeudi 4 février 2021, 18:08

    Tant que la SNCB est gérée par l’Etat il n’y a aucun espoir d’amélioration. Vivement la privatisation de ce secteur.

Plus de commentaires

Aussi en Wallonie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo