Accueil Société Régions Wallonie

Horeca, coiffeurs, salles de sport: la Wallonie débloque 200 millions

Il s’agit principalement de cibler les secteurs fermés depuis l’automne. Depuis le début de la crise, le gouvernement wallon a débloqué 1,2 milliard pour soutenir les entreprises.

Journaliste au service Politique Temps de lecture: 2 min

Le gouvernement wallon a décidé d’ouvrir un peu plus le robinet des aides aux entreprises dans le cadre de la crise sanitaire. Il y en a cette fois pour 200 millions à peu près, certaines décisions devant encore être affinées. Selon le ministre de l’Economie, Willy Borsus (MR), la Wallonie a ainsi déboursé 1,2 milliard au profit des entreprises depuis le début de la crise, sous forme d’aides directes, d’interventions de ses bras financiers ou de garanties.

Cette fois, 144 millions seront libérés pour soutenir les secteurs qui ont été contraints à la fermeture par les décisions des différents Comités de concertation de l’automne : horeca, coiffeurs, salles de sport, discothèques, zoos, forains, soins de beauté…

L’aide sera cette fois calculée en fonction du nombre de personnes employées. Elle pourra aller de 3.250 à 12.000 euros pour les cafés et restaurants, par exemple, qui emploient dix personnes et plus. Un budget de 14,6 millions est par ailleurs réservé au secteur hôtelier, à raison d’un forfait de 1.000 euros par chambre. On dénombre 450 hôtels et 15.000 chambres en Wallonie.

Des aides spécifiques, sous forme d’un fonds dont le montant reste à préciser, iront encore aux entreprises sous-traitantes privées de marchés (on songe aux brasseurs, blanchisseries et prestataires pour l’événementiel) et à des secteurs spécifiques, comme les agences de voyages et les loueurs de tenues folkloriques pour le carnaval ou les marches de l’Entre-Sambre-et-Meuse.

La Wallonie dégage encore 4 millions supplémentaires pour permettre aux communes de compenser la non-perception de la taxe locale sur les spectacles et divertissements. Une enveloppe de 17 millions soutiendra en outre les pouvoirs locaux (communes et provinces) qui allégeront leur fiscalité en faveur de tout autre secteur qui aura subi et subi encore les effets de la crise par un arrêt complet ou partiel de ses activités. Ce qui correspond à 10 % du volume global des taxes des pouvoirs locaux.

A ce stade, 167 communes et deux provinces ont déjà soulagé fiscalement leurs entreprises. Une enveloppe de 21 millions avait déjà été obtenue pour compenser les taxes sur les débits de boissons, les terrasses, les forains…

Enfin, les attractions touristiques (2,1 millions), les campings (2 millions), le tourisme social (913.000 euros), les villages de vacances (876.000) et les gîtes de plus de dix personnes, sur base d’un forfait de 2.500 à 5.500 euros, se partageront 7,5 millions d’aides.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Delarsille Bernard, vendredi 5 février 2021, 8:41

    Cette crise covid est interminable. Et les secteurs touchés doivent être, financièrement aidés. Mais au-delà, pour certains, ont-ils, en temps normal, un seuil de rentabilité suffisante ? Pour dire autrement, la saine gestion est-elle appliquée ? Et donc, pour chaque activité, ne sont-ils pas trop nombreux ? Enfin, tous ces milliards distribués, il faudra bien les payer un jour: par qui ? Bon courage à tous!

  • Posté par Dulieu Christian, jeudi 4 février 2021, 20:59

    Comme pensionner vas ton me supprimer les différents impôts que j'ai payés toute ma vie professionnelle pour me payer ma pension sans avoir su faire du black comme les différentes professions subventionner actuellement et qui étaient eu se sont sucrés sur mon dos et touts mes collègues dans le même cas

  • Posté par Legarou Marcel, jeudi 4 février 2021, 20:19

    Toujours la même remarque : 200 M ça fait combien au final dans la poche d'un coiffeur à l'arrêt depuis des mois, à quelques "allez on vous laisse un peu respirez et puis on remet le sac" près ? ça vous arrive de penser par vous-mêmes les journaleux bobo bxl ? C'est vrai que vous, depuis mars 2020, la paie continue de tomber, comme pour les politiques et les fonctionnaires, dont certains travaillent à minima, "à cause du covid".

  • Posté par Esquenet Alexandre, jeudi 4 février 2021, 19:28

    Peuvent-ils aussi réduire les 50% taxe sur le salaire des personnes qui continuent à bosser?

  • Posté par Legarou Marcel, jeudi 4 février 2021, 20:22

    Vous pas de doute, vous continuer à percevoir un salaire. A bosser, moins sûr.

Plus de commentaires

Aussi en Wallonie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo