Accueil Monde Europe

Russie: le chef de la diplomatie européenne débarque en terrain miné

Josep Borrell s’entretiendra notamment avec le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. Une rencontre qui s’annonce difficile, Moscou ayant qualifié les critiques occidentales d’« ingérence » dans ses affaires intérieures.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Dmitri Peskov, le porte-parole du Kremlin, a voulu se montrer accueillant avec Josep Borrell : « Moscou souhaite discuter franchement de nos désaccords. » Hasard de calendrier, le chef de la diplomatie européenne se rend ce vendredi à Moscou où, pour la deuxième fois de la semaine, Alexeï Navalny sera dans un tribunal. L’opposant anti-Kremlin, déjà condamné à deux ans et huit mois de prison mardi 2 février pour avoir enfreint les règles de son contrôle judiciaire, est cette fois poursuivi pour diffamation. Un délit passible d’amende ou de prison.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Lambert Guy, vendredi 5 février 2021, 13:30

    Selon Poutine, l'UE fait de "l'ingérence" dans les affaires intérieures russes. Et la Russie n'a jamais fait de "l'ingérence" en Afghanistan? Ou aujourd'hui même en Libye?

  • Posté par du Coche LaMouche, samedi 6 février 2021, 21:28

    Quand la responsable pour l'UE des USA admet avoir versé cinq milliards de dollars aux manifestants de Maïdan en 2014, vous appelez cela comment ?J'aimerais quand même savoir, d'après vous, comment les autorités belges réagiraient si trois membres de l'ambassade russe à Bruxelles participaient activement à l'organisation d'une manifestation non autorisée à proximité du 16, rue de la Loi, dans le but, par exemple, de contester la légitimité du premier ministre, d'exiger sa démission ou de critiquer la politique à l'égard des sans-papiers, Et que diriez-vous si vous appreniez que certains opposants à notre gouvernement étaient directement financés par le FSB (comme Navalny l'est par le NED) ou que des ONG qui ont pignon sur rue, style Human Rights watch, étaient en fait des organes chargés de la subversion de nos valeurs. N'appelleriez-vous pas cela de l'ingérence ? Tout ceci est bien sûr hypothétique. Personne ne s'ingère dans les affaires internes de la Russie ou de la Belgique. Au fait, quand la CIA met sur écoute le téléphone d'Angela Merkel, c'est quoi ?

  • Posté par jourdain Claude, vendredi 5 février 2021, 13:12

    Le voyage à Ankara est pour quand, finalement ?

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs