Accueil Société

Huit policiers risquent le tribunal dans le dossier du «George Floyd flamand»

Ce jeudi, la chambre des mises en accusation de Gand s’est penchée sur le dossier de Moïse Lamine Bangoura, un Belgo-Guinéen décédé d’étouffement le 7 mai 2018 lors de l’expulsion de son logement situé à Roulers. Six policiers et deux policières risquent le renvoi devant le tribunal correctionnel.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Moïse Lamine Bangoura, « Lamine » pour ses proches, avait rendu ses parents très fiers, quand il était adolescent et qu’il maniait bien le ballon rond. Repéré par le FC Bruges, il y a évolué en école de jeunes avant d’être réorienté vers Roulers, en division inférieure. Une fracture du ménisque a cependant mis fin à ses rêves, et il avait basculé dans l’oisiveté et les sorties. Resté à Roulers, loin de sa famille, il dormait comme une souche, le lundi 7 mai 2018, lorsque, vers 11 h 30, un huissier de justice s’était présenté à son domicile avec deux agents de quartier et un camion de déménagement.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Pablos Gino, vendredi 5 février 2021, 1:10

    Bien sur, et ça donne le droit de le mettre à mort,au cas où tu ne le saurais pas pauvre con elle a été abolie dans toute l'europe.

  • Posté par Raurif Michel, jeudi 4 février 2021, 19:33

    Si l'intéressé avait obtempérer aux injonctions de la police, il serait toujours de ce monde ! Alors, rejeter la faute sur la police, très facile !!!!

Aussi en Société

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs