Accueil Société

Georges-Louis Bouchez: «Ce qui sape le moral, ce sont les virologues qui disent que demain sera pire»

Georges-Louis Bouchez a une fois de plus manifesté son agacement : « Le problème c’est les politiques qui respectent les décisions, ou ceux qui les sapent à la TV ? A quoi servent les déclarations intempestives des virologues ? ».

Temps de lecture: 2 min

Georges-Louis Bouchez était l’invité de La Première ce vendredi matin, jour de Comité de concertation. L’occasion de revenir sur une polémique entre l’homme politique et le virologue Marc Van Ranst, membre du GEMS. La semaine dernière, une certaine tension était palpable entre experts et politiques. « Quand les experts se prononcent, ils doivent faire preuve de loyauté par rapport à la décision politique », tonne-t-il. Epinglant principalement Marc Van Ranst, Bouchez estime que « s’ils sont payés par le gouvernement pour le conseiller, ils ont un devoir de réserve ».

Marc Van Ranst avait réagi à ces déclarations : « Le Premier ministre m’a demandé de communiquer avec prudence. Cependant, Georges-Louis Bouchez choisit de remuer les choses en insinuant que j’ai déjà ‘reçu de l’argent’ en tant qu’expert du GEMS. Vous mentez, ou bien vous êtes mal informé, ce qui est tout aussi grave car vous portez atteinte à la réputation des experts. »

Situation tendue donc, mais selon George-Louis Bouchez, « ce n’était pas une dispute, j’ai juste rappelé que les experts étaient là pour conseiller et pas décider. Marc Van Ranst a dit fin janvier à la télé qu’on n’ouvrirait pas les métiers de contact, alors qu’un Comité de concertation devait se pencher sur la question une semaine plus tard. Le problème c’est les politiques qui respectent les décisions, ou ceux qui les sapent à la TV ? A quoi servent les déclarations intempestives des virologues ? »

Mais toutes ces polémiques entre politiques et virologues ne risquent-elles pas d’influencer la confiance de la population dans les mesures prises par le gouvernement ? « Si vous voulez l’adhésion de la population, il serait bien que tout le monde s’en tienne aux décisions prises. Ce qui sape le moral, c’est les virologues ou le ministre de la Santé qui disent sans certitude que demain sera pire qu’aujourd’hui », tranche Bouchez.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

157 Commentaires

  • Posté par cordier laurent, samedi 6 février 2021, 0:23

    Le bouchez de ces dames a encore parlé. Il est phénoménal de connerie. Heureusement qu'il a la politique pour travail ! Il n'aurait su s'intégrer dans aucune équipe tant il est égocentrique.

  • Posté par Pablos Gino, vendredi 5 février 2021, 21:49

    Dans le nord de France il y avait une chanson fort populaire "ah si tu pouvais fermer ta g....e ça nous ferait des vacances ",moi ce qui me sape le moral,ce n'est pas de payer des impôts,il en faut pour faire tourner une nation,s'est vous les politicards de tous bords et votre mauvaise gestion, mais combien meilleure quand il s'agit de vos propres intérêts.

  • Posté par Toussaint Francis, vendredi 5 février 2021, 18:07

    Sans aucun intérêt. Du "Bouchez" pur jus...

  • Posté par JASINSKI Sophie, vendredi 5 février 2021, 17:54

    "Mon" Soir doit-il systématiquement relayer les propos de ce monsieur, en pilotant ses communiqués sans le moindre recul ? "Mon Soir" pourrait-il privilégier les analyses de fond ? Je m'abonné à un journal, pas à Facebook ! Le journalisme, c'est hirérachiser l'info, la décrypter, la commenter. Je ne suis pas forcément d'accord avec vos tous vos choix, mais tant que ce sont des choix éditoriaux, ils alimentent le débat. Laissez les communiqués de GLB à son anges de com. Et redevenez des journalistes!

  • Posté par Dupont Vincienne, vendredi 5 février 2021, 20:50

    "Laissez les communiqués de GLB à son anges de com." Vu la nature des propos de GLB, je suppose que vous avez voulu écrire "lange" et pas "ange" ?

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko