Accueil Société

Vaccins: voici les groupes à risque prioritaires selon le Conseil supérieur de la Santé

Le Conseil supérieur de la Santé (CSS) a révélé les priorités en matière de vaccination des patients atteints de comorbidités. Dans la foulée, la taskforce vaccination a détaillé les modalités pratiques pour les personnes concernées, selon qu’elles disposent ou non d’un dossier médical global indispensable.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 5 min

Cette fois, c’est la bonne. Après des fuites « maladroites et confuses » d’un texte « parcellaire » dans la presse ce mercredi, le Conseil supérieur de la Santé (CSS) a rendu officiel, ce vendredi, son rapport sur les groupes prioritaires à vacciner en fonction de leurs facteurs de risque de faire un covid sévère. Dans l’après-midi, la task force vaccination a fait savoir qu’elle avait pris acte de ces recommandations et formulé un avis sur la mise en pratique de cette liste.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par Duvivier Jean Louis, samedi 6 février 2021, 9:48

    Merci pour votre initiative d'information du 9 février. Avec, hélas, le morcellement du pays et les informations souvent "régionalisées", il est fréquent que "l'autre région" devient un territoire étranger à propos duquel nous sommes bien moins informés que de ce qui se passe en Afghanistan. Ma question est simple: Je suis résident à Bruxelles (Saint-Gilles), et j'aurai 75ans en mai. Quand puis-je m'attendre à une convocation pour vaccination?. L'excellent article de Mme Leurquin au paragraphe 3 parle de "démarrage imminent des +65 EN WALLONIE" puis plus rien spécifiquement par région...!!!??? Donc, qu'en est-il de la Région Bruxelloise? Accessoirement, quels sont les critères de répartition entre régions? Est-ce sur base de la population totale de chaque région, ou sur base du critère du nombre de "priorités", recensées au niveau national avec ensuite redistribution à chaque région? Merci

  • Posté par Debrabander Jean, vendredi 5 février 2021, 18:30

    "La phase 1B dont le démarrage est imminent concerne (...) les personnes exerçant une fonction sociale et/ou économique essentielle." Je suppose la famille royale jusqu'au 3e degré, nos 55 ministres, leurs 2000 cabinettards, nos 500 députés et sénateurs, nos 136 bourgmestres, nos milliers d'échevins etc. etc. . Les autres ? Ensuite, s'il reste des doses. Charité bien ordonnée commence ...

  • Posté par mauroy charles, vendredi 5 février 2021, 15:51

    À mon avis, dans la phase 1B il doit y avoir une foule de prétendants dans les politiciens et virologues ou autres du même acabit dans le lot ' priorité éthique ' et 'déficience intellectuelle ou mentale grave'. Et comme charité bien ordonnée commence par soi-même, PIQUEZ VOUS LES PREMIERS....à vous la priorité..pour votre salut et celui de la Nation...

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, vendredi 5 février 2021, 12:38

    Où donc êtes-vous aller chercher un taux d'efficacité de 59,5% pour le vaccin d'Astra Zeneca ?? Dans l'étude de phase III concernée, il est fait mention d'une efficacité "moyenne" de 70,5% avec des valeurs de 62,1% et 90% pour deux bras différents de l'étude. C'est aussi ce que reprend l'EMA dans son autorisation. [https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(20)32661-1/fulltext]. On voudrait "déconsidérer" ce vaccin AZD1222 que l'on ne s'y prendrait pas autrement... De plus, les dernières données complémentaires présentées semblent montrer une bonne efficacité pour réduire la transmission du virus (plus de 60%)... [https://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=3777268]. Le complément de données montre aussi une efficacité de 76% entre les jours 22 et 90 après UNE SEULE (première) dose, et recommande un intervalle plus long (jusqu'à 12 semaines) avec la seconde dose. Ceci devrait permettre de vacciner rapidement beaucoup plus de personnes avec une première dose déjà très protectrice (stratégie utilisée en Grande-Bretagne).

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, vendredi 5 février 2021, 12:40

    êtes-vous allé chercher *

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs