Accueil Sports Tennis

Le coronavirus, la nouvelle tuile pour Kim Clijsters: «Je suis assez pessimiste pour son retour au plus haut niveau» (Podcast)

On a appris ce vendredi matin que Kim Clijsters avait contracté le coronavirus dans le courant du mois de janvier. Un nouveau contre-temps pour l’ancienne nº1 mondiale qui n’aura joué (et perdu) que 3 matches depuis son Kim-Back amorcé le 17 février 2020. Nous en avons discuté avec notre spécialiste tennis Yves Simon dans notre Podcast Sport.

Temps de lecture: 4 min

Entre ses blessures au genou, aux abdos et l’interruption pandémique, le retour à la compétition de Kim Clijsters après presque huit ans d’absence n’a pas été un franc succès. Retrouvez notre analyse dans le podcast ci-dessous.

Morceaux choisis

« Le coronavirus n’explique pas son absence en Australie. Une décision qui avait été prise avant donc cela n’a pas eu d’impact sur sa tournée australienne. En revanche, ça a un impact sur sa préparation puisqu’elle est toujours engagée sur un Kim-Back qui est en ce moment un flop. C’est une tuile en plus. C’est un peu la totale. Elle avait annoncé son retour le 12 septembre 2019 à la grande surprise générale. Depuis lors, elle n’a eu que des tuiles. »

« Elle aura 38 ans le 8 juin et je pense que ce sera très compliqué de la voir atteindre le top niveau. On avait vu durant la tournée de préparation à l’US Open qu’elle se défendait plutôt bien contre de très bonnes joueuses dans les matches à durée limitée (environ 30 minutes). Le défi c’est désormais de remporter des matches qui durent plus longtemps (2 ou 3 heures) et de pouvoir enchaîner après. C’est un peu la limite de son retour avec cette fameuse pandémie qui est venue perturber ses plans.

« Elle a toujours ça dans sa tête et c’est la preuve de son abnégation. Mais il faut se rendre compte que l’année n’a pas été facile, que l’âge continue à avancer et donc plus on va attendre, plus ce sera difficile. Je reste toujours assez pessimiste pour un retour au top et par là j’entends enchaîner les matches voire gagner un tournoi, ce qui serait extraordinaire. »

« Son programme n’est pas tout à fait clair. Il faut qu’elle soit prête et qu’elle se présente à la reprise sans blessure, ce qui n’est déjà pas évident. Ce qu’on entend dire depuis les USA, c’est qu’elle pourrait reprendre en mars. En mars, il y aura le tournoi de Dubaï qui l’avait vue reprendre sa carrière l’an dernier. Il y a aussi le tournoi de Monterrey et le tournoi de Miami. Encore faut-il qu’elle soit prête et qu’elle reçoive des invitations. Ce qui ne devrait pas être un problème. »

Le Kim-Back étape par étape

Le 12 septembre 2019 : elle surprend tout le monde en annonçant sa volonté d’un 2e come-back, à 36 ans, sept ans après ce qui était son dernier match officiel à l’US Open 2012.

Le 4 novembre : blessée au genou lors d’une banale rencontre de padel, elle annonce le report de sa rentrée qu’elle prévoyait pour la tournée australienne en janvier.

Le 3 février 2020 : elle intègre l’équipe belge de Fed Cup, en tant que sparring-partner, lors de la rencontre face au Kazakhstan à Courtrai

Le 17 février : c’est le retour officiel sur le circuit. À Dubaï, elle est battue 6-2, 7-6 par Garbine Muguruza récente finaliste de l’Open d’Australie.

Le 4 mars : 2e match officiel et 2e défaite (6-3, 7-5) face à la Britannique Johanna Konta à Monterrey (Mexique). Son retour est encourageant, mais elle manque de matches…

Le 8 mars : Kim est à l’arrêt comme tout le tennis mondial, à Indian Wells suite à la crise liée au coronavirus. Elle pensait y disputer aussi le double avec Venus Williams. Tous ses plans de reprise sont à l’eau pour plus de cinq mois ! Elle en profite pour soigner de petits problèmes aux deux genoux.

Le 8 juin : elle fête ses 37 ans…

Le 27 juin : elle quitte la Belgique pour s’installer, en famille, dans sa deuxième maison dans le New Jersey et ainsi déjà créer sa bulle américaine. Pour combien de temps ? Elle verra selon l’expérience de ce changement de cap.

Le 15 juillet : Kim est de retour sur les courts ! Elle participe en Virginie Occidentale à l’exhibition inter-villes « World Team Tennis » qui s’étale sur trois semaines. Elle impressionne en remportant ses 5 premiers matches particuliers (première à 5 jeux) contre des joueuses de renom comme Sofia Kenin, Danielle Collins ou Sloane Stephens.

Le 2 août : l’équipe New York Empire de Kim Clijsters remporte la « World Team Tennis », mais la Limbourgeoise n’a pas joué les derniers matches, elle s’est blessée aux abdos.

Le 21 août : elle annonce son forfait au tournoi de Cincinnati, toujours blessée aux abdos.

Le 2 septembre : elle effectue son grand retour dans un tournoi du Grand Chelem dans cet US Open qu’elle a remporté en 2009 lors de son premier come-back (sacrée aussi en 2005 et 2010). Elle prend le 1er set mais est battue (6-3, 5-7, 1-6) par la Russe Alexandrova, 27e mondiale.

Le 14 septembre : elle renonce à la reprise sur terre battue et à Roland-Garros. Elle ne jouera plus en 2020.

Le 28 décembre : elle refuse l’invitation qu’elle a pourtant reçue pour l’Open d’Australie 2021. La quarantaine, sans la famille, est un trop gros sacrifice.

Le 5 février 2021 : on apprend, depuis les USA, qu’elle a contracté le coronavirus en janvier (symptômes légers), et qu’elle espère toujours pouvoir rejouer en mars…

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

Aussi en Tennis

European Open: un top 10 à Anvers pour fêter l’édition 2022

Un superbe vainqueur, en la personne de Jannick Sinner, « un futur top 5 mondial », glisse Kristoff Puelinckx, le propriétaire du tournoi d’Anvers, et le retour d’un nombreux public, sans masque (mais avec le CST) à la Lotto Arena : les organisateurs de l’European Open avaient le sourire, dimanche soir.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Tennis, les résultats et classements Découvrez le programme du jour et le calendrier de la saison

Résultats et classements
SoSoir Voir les articles de SoSoir