Accueil Société

«Commerces à remettre»: l’Horeca manifeste pour une réouverture en mars

Les acteurs horeca qui ont dû observer une première fermeture de mars à mai l’an dernier, sont à nouveau fermés depuis octobre, sans perspective concrète de réouverture.

Temps de lecture: 3 min

Des représentants de l’horeca bruxellois et wallons ont manifesté ce vendredi après-midi dans une trentaine d’endroits différents du sud du pays et dans la capitale pour faire entendre la voix des quelque 750 brasseries et cafés signataires des collectifs « Resto Bar Bruxelles » et « Wallonie Horeca ».

Par petits groupes – mesures sanitaires obligent –, ils se sont rassemblés notamment à Bruxelles, à Mons, à Namur, à Liège ou encore à Assesse, à Forest, à La Hulpe et à Bütgenbach, et ce devant des lieux symboliques comme les administrations communales ou les grands-places.

Le thème reste le même que lors de la précédente manifestation qui s’était déroulée au Mont des Arts à Bruxelles le 15 janvier dernier : « Commerces à remettre ».

Les acteurs du secteur ont une dizaine de revendications à faire entendre vendredi, notamment l’ouverture urgente de l’horeca, et au plus tard le 1er avril, un accord avec la fédération bancaire pour la prolongation à 18 mois des moratoires sur les crédits en cours, des aides supplémentaires à la relance, la création d’un fonds des calamités Covid avec effet rétroactif à 2020 ou encore l’égalité des aides régionales. Les indemnisations financières s’élèvent en effet à 7.000 à Bruxelles, à 12.000 euros en Wallonie et à près de 20.000 euros en Flandre pour un restaurant moyen, dénoncent-ils.

« Bientôt un an que les établissements vivent au rythme des coups d’annonce et des fermetures. On ferme, on rouvre, on n’a déjà plus un rond de côté mais on investit dans des plexiglass, des distributeurs de gel, des menus digitalisés. On condamne des tables. On refond tout le système de circulation des serveurs et des clients. Puis on referme. S’il n’est pas tout à fait trop tard, il est déjà bien plus que temps », soulignent les deux collectifs de concert.

Les acteurs horeca qui ont dû observer une première fermeture de mars à mai l’an dernier, sont à nouveau fermés depuis octobre, sans perspective concrète de réouverture.

« En train de crever »

La Fédération des cafés de Belgique (Fedcaf) dit apporter tout son soutien aux manifestations du secteur horeca prévues demain/vendredi et exige une réouverture immédiate des cafés, estimant que leur fermeture n’est pas justifiée.

Le secteur horeca « est en train de crever », dénonce la Fedcaf, qui souligne que rien ne justifie de forcer les cafés à garder portes closes plus longtemps encore. « Aucune étude sérieuse n’objective le risque de transmission du virus si les gestes barrières sont respectés (distance entre les tables, port du masque en entrant/sortant et pour se rendre aux toilettes…) », affirme l’asbl.

La Fedcaf met également en avant un moral des Belges « au plus bas » et appelle le gouvernement à trouver « le juste milieu entre une vie décente et le monde du travail », considérant que « les gens ne peuvent être confinés à vie et s’enfermer dans des bulles asociales ».

La fédération souligne en outre que d’autres pays, citant l’Italie, ont rouvert les restaurants et les cafés.

« Il est temps de revenir à la raison », appelle la Fedcaf, qui met en garde : « si cette réouverture n’est pas prévue à l’agenda de nos politiciens, ils devront être prêts à en assumer les responsabilités tout en dédommageant chaque entrepreneur afin que celui-ci puisse survivre après cette crise ».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko