Réouverture des coiffeurs, campings, zoos…: les annonces du Comité de concertation

Le Comité de concertation s’est réuni ce vendredi. Premier ministre, ministres fédéraux compétents, ministres-présidents des Régions et Communautés ont décidé de permettre aux coiffeurs d’exercer à nouveau, à partir du 13 février. Les autres métiers de contact doivent patienter, jusqu’au 1er mars.

« Depuis début décembre, nous sommes dans une situation assez stable », a déclaré le Premier ministre lors d’une conférence de presse. « On pourrait dire que ce n’est pas grand-chose, mais c’est quelque chose d’important. Cette stabilité, nous l’avons obtenue à un moment assez important. Un moment où des nouveaux variants nettement plus contagieux circulent. On a réussi à le faire en Belgique car les mesures fonctionnent bien et que vous les appliquez. Nous sommes prêts à tester à grande échelle. Tester, c’est une mesure de protection pour l’ensemble de la population, pas seulement pour les personnes testées ».

« Il faut cependant rester sur nos gardes », explique-t-il. « Il faut faire attention aux autres aussi ». Le Premier ministre a également adressé ses pensées aux jeunes, aux personnes qui exercent des métiers qui sont à l’arrêt. « Nous ne garderons pas ces mesures une minute de trop. Nous avons demandé au commissaire Corona et au groupe du GEMS de nous faire une feuille de route qui nous explique quelles sont les étapes à prendre et comment prendre des décisions de déconfinement par rapport à cela ».

Vers un contrôle du testing plus soutenu ?

De son côté, le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke salue le modèle belge. « La situation reste stable, mais elle est également fragile. Nous devons en tenir compte. Pour surmonter ces difficultés, il faut tester, isoler et vacciner. Nous faisons partie des meilleurs pays en Europe en matière de résultats au niveau de la vaccination. Il faut isoler les personnes contaminées des autres, et les tester. Il y a un atout belge, nous avons constitué une capacité de testing considérable ». Le ministre de la Santé met en garde les personnes qui ne se font pas tester, notamment lorsqu’elles reviennent de voyage en zone rouge. « Pour ceux qui croient que ce n’est pas nécessaire de se faire tester, il faut pouvoir agir, intervenir et si nécessaire sanctionner. Avec les ministres-présidents des Régions, nous nous sommes engagés à ce qu’au plus tard le 1er avril, un système de sanctions sera mis en place pour ceux qui doivent se faire tester dans l’intérêt commun, et ne se font pas tester. »

Coiffeurs, prestations à domicile, agents immobiliers

« Les coiffeurs pourront ouvrir dès le 13 février, tandis que les autres métiers de contact pourront ouvrir à partir du 1er mars. Les soins corporels sont un facteur important, et permettent de jouer un rôle face à une situation difficile », a expliqué Alexander De Croo.

Le Codeco précise les conditions dans lesquelles les coiffeurs, dans un premier temps, pourront opérer : « Aucune limite de temps ne doit être prévue pour la durée de traitement ; les traitements de plusieurs personnes à la fois (par exemple en duo) par un même employé sont permis, pour autant que la superficie de la salle le permette et moyennant le respect des règles sanitaires en vigueur. »

En outre, « les professionnels des professions de contact non médicales doivent porter des masques chirurgicaux agréés au plan européen. Les masques doivent être portés correctement et remplacés lorsqu’ils sont visiblement souillés, endommagés ou mouillés. En tout état de cause, ils doivent être remplacés après 4 heures d’utilisation intensive (par exemple, si on a beaucoup parlé) ou au plus tard après 8 heures. »

Quant aux prestations de services à domicile, elles « restent interdites pour les professions de contact non médicales ».

Par ailleurs, le Codeco donne son feu vert aux agences immobilières afin que leurs agents puissent organiser des visites, à partir du 13 février.

Horeca

David Clarinval a annoncé des perspectives pour l’horeca, la culture et l’événementiel, « je l’espère dès le 26 février ».

Parcs zoologiques, campings, villages de vacances

Les parcs zoologiques peuvent rouvrir à partir du 13 février selon les mêmes conditions que les parcs naturels.

Avant cela, les maisons de vacances dans les villages de vacances, les parcs de bungalows et les campings peuvent rouvrir à partir du 8 février selon les conditions des autres types d’hébergement, c’est-à-dire à l’exclusion de leur restaurant, de leurs débits de boissons et de leurs autres facilités communes, et avec strict respect des protocoles.

Jusqu’au 1er avril

Le Comité de concertation a décidé vendredi de prolonger jusqu’au 1er avril prochain les mesures de lutte contre la propagation de la pandémie de coronavirus décrétées le 28 octobre dernier. Des modifications ne sont toutefois pas exclues dans l’intervalle.

Ces mesures sont contenues dans un arrêté ministériel qui interdit les voyages non essentiels dans le cadre de mesures d’urgence prises pour limiter la propagation du Covid-19.

Cette prolongation était nécessaire pour donner une base juridique aux mesures, a-t-on expliqué à l’issue du Comité de concertation réunissant les principaux ministres du gouvernement fédéral et les ministres-présidents des entités fédérées.

Un congé vaccination

Les travailleurs qui se feront vacciner auront droit, pendant les heures de travail, à s’absenter durant le temps nécessaire, selon un accord intervenu vendredi entre syndicats et employeurs au sein du Conseil national du travail qui a rendu un avis en ce sens. Les partenaires sociaux recommandent dès lors au gouvernement d’introduire ce congé de vaccination, ce que les ministres Dermagne et De Sutter ont confirmé.

«La notion de temps nécessaire indique qu’il ne s’agit pas d’une demi-journée ou d’une journée entière de congé, mais seulement du temps nécessaire pour se faire vacciner», a précisé la Fédération des entreprises de Belgique (FEB).

Le travailleur devra communiquer à l’employeur le créneau horaire durant lequel il se fera vacciner. L’invitation et la confirmation du rendez-vous auront valeur de preuve.

Les deux projets seront proposés au prochain Conseil des ministres, ce vendredi 12 février.

Testing au retour de voyage en zone rouge

Soulignant l’importance des opérations de testing, qui doivent s’intensifier (il faut « doter les aéroports, les ports maritimes, les gares ferroviaires et les gares routières des moyens nécessaires pour le testing et d’assurer l’enregistrement numérique des tests réalisés sur place »), le Codeco précise « que l’obligation de test pour les voyageurs en provenance d’une zone rouge, actuellement à partir de 12 ans, est étendue à tous les enfants âgés de 6 ans et plus. Cela s’applique à la fois au test négatif avant l’entrée sur le territoire pour les non-résidents et au(x) test(s) après l’arrivée pour les résidents et non-résidents. »

Pour le reste, le Comité de concertation « confirme que la réduction progressive des limitations actuelles relatives aux contacts sociaux, ainsi que par rapport à la poursuite de l’ouverture de l’activité économique, sportive, culturelle, événementielle et de jeunesse sera adaptée en fonction de l’évolution épidémiologique et du progrès des vaccinations ».

>> Coronavirus : « Le Soir » répond à vos questions sur la vaccination

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous