Assouplir avec des contaminations en hausse: De Croo s’explique

Assouplir avec des contaminations en hausse: De Croo s’explique

Alors que le Comité de concertation a décidé ce 5 février de certains assouplissements, Alexander De Croo a été interrogé sur VTM sur la raison qui a poussé à ces décisions.

Le nombre moyen de nouvelles infections par jour le 22 janvier était inférieur à celui d’aujourd’hui : 1,963 contre 2,349 actuellement. Le nombre quotidien d’admissions à l’hôpital était légèrement supérieur : 125, contre 121 aujourd’hui.

« Plusieurs facteurs entrent en jeu. Le nombre de contaminations a légèrement augmenté, mais nous testons davantage. Nous constatons également que le nombre d’admissions dans les hôpitaux et le nombre de personnes en soins intensifs a diminué. Et un dernier élément, qui est peut-être encore plus fondamental : nous sommes en train de vacciner. Dans les maisons de repos en Flandre, presque tout le monde a reçu sa première injection. Les personnes qui ont été vaccinées sont moins vulnérables et courent moins de risques de se retrouver à l’hôpital. Cela permet de maîtriser la pression dans les hôpitaux ».

« Ainsi, le nombre d’infections s’est stabilisé, la pression sur les hôpitaux diminue progressivement et nous progressons dans la vaccination. Les mesures que nous prenons sont très strictes et mettent beaucoup de pression sur tout le monde. Nous ne devons pas les maintenir plus longtemps que nécessaire », a-t-il conclu.

Les experts, eux, n’étaient pas favorables à la réouverture des coiffeurs (le 13 février) et autres métiers de contact (le 1er mars). « Les experts disent qu’il faut minimiser le risque lors de la réouverture », explique M. De Croo. « Nous le faisons en garantissant des mesures – qui sont plus importantes qu’après la première vague. Nous sommes donc plus prudents que ce qu’ils ont suggéré. Et il y a un autre aspect, outre l’aspect virologique. Il y a aussi un aspect de la vie, de l’apparence et du bien-être ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous