Bonne nouvelle pour Remco Evenepoel: le Belge remonte sur le vélo cette semaine

@News
@News

La rééducation du coureur, sévèrement touché lors d’une chute à glacer d’effroi dans la descente du Mur de Sormano sur les hauteurs de Côme (Tour de Lombardie) semblait suivre un protocole accéléré, vu la sévérité des fractures, mais même un sportif de haut niveau ne se remet pas aussi aisément de la fracture la plus compliquée, celle du bassin. Sur le vélo en décembre, et même très bien d’ailleurs, Evenepoel a dû déchanter et repousser son retour à la compétition.

Un test important

Cette deuxième semaine de février constituera donc un test important, à trois mois du départ du Giro, premier objectif en théorie majeur du prodige de Deceuninck. Des ambitions désormais mesurées, même s’il n’y a pas péril en la demeure dès lors que nous ne sommes que le 8 février. Evenepoel n’est pas en retard, physiquement, sur son programme et il a bien compris, en parfaite harmonie avec ses dirigeants, qu’il était utile de prendre son temps pour revenir pleinement rétabli.

Qu’il soit en ordre de marche pour le Tour d’Italie, qui débutera et se terminera par un chrono n’est en réalité pas important. La pression, essentiellement médiatique autour de son retour, de ses ambitions (Giro, JO) a atteint un tel niveau que certains ont conclu « qu’il souffrait peut-être d’un burn-out », comme le Néerlandais Tom Dumoulin, élément qui a exaspéré son manager Patrick Lefevere. On peut aisément partager cette colère retenue, dès lors que l’appétit du « Petit cannibale » nous éloigne tout de même d’une dépression, fût-elle précoce !

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous