Accueil Culture Musiques

Stefano Mazzonis, un fidèle serviteur de son art

Stefano Mazzonis avait su convaincre le public liégeois et élargir celui-ci considérablement tout en faisant de l’ORW une maison de plus en plus reconnue internationalement.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

À sa nomination en 2006, Stefano Mazzonis, qui arrive du fameux Teatro communale de Bologne, est un inconnu pour le public belge. D’emblée, il annonce son ambition : rehausser le niveau musical de l’orchestre et du chœur (ce qu’il réalise grâce à l’action du maestro Paolo Arrivabeni et du chef de chœur Marcel Seminara), faire venir à Liège de grands interprètes, particulièrement dans le répertoire italien (Ruggiero Raimondi, Leo Nucci et Patricia Ciofi…) et ouvrir l’opéra à un nouveau public, particulièrement les jeunes. Après quelques années, ceux-ci représentent plus d’un tiers du public, une performance qui n’a que peu d’équivalents sur la scène européenne. Parallèlement, Mazzonis, mû par un sens pointu du marketing a compris que les retransmissions sur le net des spectacles constituent un secteur d’avenir et y inscrit très tôt des réalisations de l’ORW.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs